Premières lignes #5

Coucou!

J’ai décidé de participer, à nouveau, à « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque .

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Mon choix pour cette semaine s’est porté sur « Autant en emporte le vent » de Margaret Mitchell.

J’ai choisi ce roman parce que depuis quelques temps j’ai très envie de le lire. Cependant, c’est un gros pavé et j’ai déjà vu le film, du coup j’ai peur de ne pas parvenir à le terminer(connaissant déjà la fin…). Ce petit rendez-vous me permet, en tout cas, de le remettre en avant et de me motiver à le lire!

tete-de-lit-arabesque.jpg.pngVoici le résumé et les premières lignes du livre précédemment cité:

En Georgie, en 1861, Scarlett O’Hara est une jeune femme fière et volontaire de la haute société sudiste. Courtisée par tous les bons partis du pays, elle n’a d’yeux que pour Ashley Wilkes malgré ses fiançailles avec sa douce et timide cousine, Melanie Hamilton. Scarlett est pourtant bien décidée à le faire changer d’avis, mais à la réception des Douze Chênes c’est du cynique Rhett Butler qu’elle retient l’attention. C’est alors que la guerre de Sécession éclate bouleversant leurs vies à jamais…

couv53751136

 

Scarlett O’hara n’était pas d’une beauté classique, mais les hommes ne s’en apercevaient guère quand, à l’instar des jumeaux Tarleton, ils étaient captifs de son charme. Sur son visage se heurtait avec trop de netteté les traits délicats de sa mère, une aristocrate du littoral, de descendance française, et les traits lourds de son père, un irlandais au teint fleuri. Elle n’en avait pas moins une figure attirante, avec son menton pointu et ses mâchoires fortes. Ses yeux, légèrement bridés et frangés de cils drus, étaient de couleur vert pâle dans la moindre tache de noisette. Ses sourcils épais et noirs traçaient une oblique inattendue sur sa peau d’une blanc de magnolia, cette peau à laquelle les femmes du Sud attachaient tant de prix et qu’elles défendaient avec tant de soins, à l’aide de capelines, de voiles et de mitaines, contre les ardeurs du soleil de Georgie.

tete-de-lit-arabesque.jpg.pngEt vous, avez-vous déjà lu ce livre? L’aviez-vous aimé ?  Pourquoi ? Donnez-moi de bonnes raisons de me plonger dedans! 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :