« Chanson douce » de Leïla Slimani

Edition: Gallimard

Parution: 18 août 2016

Pages: 227 pages

Prix: 18 euros

Résumé

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Mon avis

Chanson douce est un récit angoissant et glaçant qui ne laisse pas indifférent. Qu’elle plaise ou non, l’histoire pose question et pousse à la réflexion.

Après avoir, dans le premier chapitre du livre, donné le dénouement de celui-ci, Leïla Slimani entreprend de décortiquer les faits, d’analyser ce qu’il s’est passé pour essayer de comprendre comment le drame a pu se produire. Qui est responsable? Louise? Les parents? Les enfants? La situation? La société? Y seulement UN responsable? Louise est responsable, bien sûr. Ses mains sont tachées et ce qu’elle a fait est inexcusable; mais l’a-t-elle vraiment voulu? Avait-elle tout prévu? Ce récit nous force à nous poser nombres de questions et nous donne uniquement des clés de réponses; nous laissant avec certaines de nos interrogations que nous sommes seuls à pouvoir élucider: Qu’aurions-nous fait à leur place? Aurions-nous réussi à éviter ce drame? Où celui-ci était, dans tous les cas, inéluctable? Est-on en droit de juger le comportement de Louise ou celui des parents?

chanson_douce_1349286474

La dépendance malsaine qui se crée entre Louise et le couple Myriam et Paul se tisse petit à petit. La nounou devient indispensable; elle fait d’ailleurs tout pour le devenir: ranger la maison, préparer les repas,…Et les parents sont bien heureux de se laisser piéger; c’est tellement plus facile. Ils sont tous les deux obnubilés par leur travail et assez égoïstes pour ne pas voir plus loin que « comme c’est gentil, tout a été rangé ». Ils se complaisent dans cette situation confortable et préfèrent fermer les yeux sur certains faits troublants qui auraient pu/du leur mettre la puce à l’oreille. Louise, elle, vit sa vie par procuration à travers les familles et les enfants qu’elle garde. La relation qu’elle entretient dès le début avec la famille est nuisible: ce besoin de reconnaissance, cette façon de s’immiscer dans leur vie sont dangereux. Pourtant, ce personnage a suscité une certaine empathie chez moi, plus que les parents. Bien qu’aucun d’eux ne soient tout blanc; ils sont tous imparfaits et, finalement, je ne me suis attachée réellement à aucun d’entre eux, même pas aux enfants.

chanson_douce_1349286474

Le style de l’auteure est incisif, froid, factuel. Il donne au lecteur l’impression d’être spectateur et a parfois entraîné une sensation de malaise chez moi. J’ai, cependant, aussi trouvé dans ce récit une sorte de douceur dans certaines descriptions. Comme si derrière ce drame ou malgré ce drame, l’auteure avait perçu chez ses personnages leur solitude, leurs peurs, leur misère (affective, sociale,…) et souhaitait nous les transmettre. C’est, peut-être, cette « poésie ténébreuse » comme la décrit le résumé qui m’a donné cette impression de douceur, plutôt contradictoire.

chanson_douce_1349286474

En bref, j’ai apprécié ma lecture pour le style de l’auteure et pour ses personnages imparfaits et tellement (trop?) humains. Si vous aimez les histoires dérangeantes additionnées d’une ambiance angoissante et malsaine, ce livre est fait pour vous!

Ma note: 8/10 smiley_deux-pouces-en-l-air-et-large-sourire_tr

 

Publicités

21 commentaires sur “« Chanson douce » de Leïla Slimani

Ajouter un commentaire

    1. Pareil, il ma bien glacé ce livre!! Et avec le recul, il y a plein de choses dont je ne sais plus trop quoi penser! En fait c’est un livre assez dérangeant et je ne sais pas si je l’aime bien ou non au final..mise à part l’écriture et puis j’aime ce côté dérangeant aussi…bref très contradictoire..si tu as compris qqc à ce que j’ai écrit chapeau! 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, j’ai compris car j’ai eu le même ressenti 😉
        Le plus aussi, à mon sens, c’est que Leïla Slimani ne cherche pas à inventer des raisons ou quoi : on ne les connaît pas, les gendarmes ne les connaissent pas, et la nounou ne les connaît probablement pas elle-même. Slimani ne brode pas, elle écrit ce qu’on pourrait savoir d’une telle histoire. Et ça fait partie de ces choses qui dérangent, le fait de ne pas savoir.

        Aimé par 1 personne

  1. J’ai lu ce livre pour les cours et je l’ai trouvé très dérangeant et comme toi je ne me suis pas attachée aux personnages. Mon avis était beaucoup plus mitigé que le tien en tout cas ^^ j’ai trouvé qu’il ne se passait pas grand chose au final dans ce livre

    Aimé par 1 personne

    1. Non, c’est vrai qu’il ne se passe pas tant de choses au final, en tout cas moins que ce à quoi on peut s’attendre au départ! Mais ça ne m’a pas dérangé perso! Après je comprend ceux qui n’ont pas aimé et les avis mitigés!! C’est vraiment spécial et dérangeant ! 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. Pour moi, c’est un peu une fin ouverte et plus se poser des questions sur ce qu’il s’est passé et comment ça a pu arriver et ce que tout cela a de dérangeant…Après c’est ce que j’ai ressenti moi, c’est peut-être pas du tout l’effet recherché par l’auteure!! 😉 c’est très spécial en tout cas!!

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :