Scaramouche de Rafael Sabatini

Édition : Libretto

Parution : 02 juin 2016

Pages : 322 pages

Prix : 10 euros

Résumé

Philippe de Valmorin est tué en duel par l’arrogant marquis de La Tour d’Azyr. Devant le corps sans vie de Philippe, son ami d’enfance, le jeune et brillant avocat André Moreau jure de le venger…Nous sommes à l’aube de la Révolution. Tour à tour orateur patriote, fugitif recherché, acteur de la commedia dell’arte, escrimeur redoutable devenu maître d’armes, et finalement député du tiers état, André Moreau entame sous l’œil du lecteur une ronde des masques vengeresse : une quête de justice qui le mènera sur les chemins tortueux de l’amour et des secrets de sa naissance.

6_qBxm2
Mon avis

Ce livre m’a attirée en librairie de part sa couverture qui correspondait à mon envie du moment : relire un roman de cape et d’épée ! En retournant l’ouvrage et en lisant la quatrième de couverture, ma première impression s’est confirmée. L’auteur, Rafael Sabatini, y est qualifié de « Dumas italien » et décrit comme un « maître du roman de cape et d’épée ».

Même si, effectivement, il est question dans ce livre de « cape et d’épée », toute l’histoire ne tourne pas autour de ce thème. Notre héros exerce divers métiers durant son périple et s’essaye à d’autres arts que celui de l’épée. Si cela m’a un peu surprise au départ (bien que ça soit écrit noir sur blanc dans le résumé), passé ma première « déception », j’ai fini par apprécier les aventures d’André Moreau. Le récit est bien construit, la plume fluide et agréable à lire et l’on suit avec joie les péripéties de notre héros.

6_qBxm2Les personnages :

Le personnage d’André Moreau évolue au fil du récit. Si j’ai apprécié le jeune homme un peu gauche et réservé du début ; j’ai eu plus de mal avec le personnage arrogant qu’il devient ensuite. André semble être un prodige né. Quel que soit le métier auquel il s’essaye, il se découvre un don pour celui-ci. Il s’en rend compte, s’en réjouit et s’en croit supérieur. D’où le fait qu’il devient arrogant et manipulateur. Pour ma part, outre les défauts que cela entraîne chez le héros, cette facilité qu’il a dans tous les domaines m’a quelque peu agacée. Cependant, même si les actions et réactions du personnage d’André m’horripilaient par moment, je me suis, malgré tout, attachée à lui.

J’ai également apprécié les personnages secondaires, notamment Aline, le père et la tante de celle-ci ou encore le maître d’armes. L’auteur prend le temps de développer la personnalité de tous ses personnages, même secondaires, ce qui les rend plus réels, plus vivants.

6_qBxm2Les thèmes

Les thèmes principaux abordés dans ce récit sont ceux de la vengeance, de l’amour et de la politique.

La vengeance guide la plupart des actions et des choix de notre héros. C’est le déclencheur de cette histoire. Sans elle, André ne se serait, en effet, jamais rendu compte de l’étendue de ses talents. Le jeune homme l’oublie rarement et si, parfois, se plongeant corps et âme dans un nouveau métier, il la met un peu de côté, elle se rappelle, d’une façon ou d’une autre, rapidement à lui.

L’amour passe au second plan, pour notre héros, bien que ça soit, selon moi, un thème important qui revient régulièrement dans cette histoire. André estime, en effet, que tant qu’il n’aura pas accompli sa promesse et vengé son ami, ce point restera sur sa conscience et il ne pourra pas vivre heureux et en paix. Mais combien de temps son aimée aura-t-elle la patience de l’attendre ?

Pour ce qui est de la politique, on suit de loin en loin les avancées de la Révolution, soit de façon directe, si André y prend part activement (en tant qu’orateur au début du récit et puis en tant que député du tiers état, à la fin), soit de façon indirecte, comme la prise de la Bastille qui nous est simplement rapportée. L’avis d’André sur les idées de la Révolution évolue au fil du récit, bien que son opinion ne soit jamais tout à fait claire (selon moi) et fort influencée par sa vengeance.

6_qBxm2

En bref, cette histoire m’a beaucoup plu et je la conseille à tous ceux qui veulent se plonger dans un roman de cape et d’épée.
Pour finir de vous convaincre, voici la première phrase du récit, que l’on retrouve également inscrite sur la tombe de l’auteur : « Il naquit avec le don du rire, et la certitude que le monde était fou, et ce fut là son seul héritage. »
Note: 8/10smiley_deux-pouces-en-l-air-et-large-sourire_tr

 

 

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Scaramouche de Rafael Sabatini

Ajouter un commentaire

Répondre à Anne Sophie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :