Premières lignes #10

Coucou!

Qui dit dimanche dit « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque.

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Cette semaine, mon choix s’est porté sur « Les Kerns de l’oubli » de Feldrik Rivat.

J’ai acheté la trilogie complète au Salon du Livre de Bruxelles cette année! Ce premier tome m’avait beaucoup plus, même si j’avais eu quelques difficultés pour rentrer dedans!

L’intrigue est assez dense et il vaut mieux ne pas être trop fatigué pour lire ce roman. Cependant, elle est très intéressante et très bien menée! On suit de nombreux personnages et le récit ne cesse d’alterner entre les points de vue de ceux-ci. L’auteur change sa façon d’écrire pour chaque personnage et c’est quelque chose que j’avais beaucoup apprécié!

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Voici le résumé et les premières lignes du livre précédemment cité:

« Erkan. Héros de l’histoire. Jeune, beau, fort. Et amnésique. Disciple d’un cercle occulte de la puissante cité d’Almenarc’h, il se retrouve perdu au milieu de nulle part. Seul. Frappé de l’Oubli. Il est victime de la plus haute peine infligée par ceux de sa caste : l’Exil.

Préoccupé par le but naturel de retrouver son passé, il se voit bientôt harcelé par de sombres tueurs et plongé dans le cauchemar d’une fuite éreintante. Et plus il avance, plus il est terrifié par ce qu’il entrevoit de lui. Ses réflexes inhumains. Ses perceptions. Ses rêves. La mort de tous ceux qu’il approche. Et cette sibylle aux cheveux d’argent qui se dit tour à tour déesse et fille des Hommes, et qui le guide dans les traces d’un destin dont il ne veut rien ! Racheter une faute ! Vivre et mourir, sans cesse, depuis des millénaires, avec ce but ! Quel but ? Quelle faute ! Qu’on lui rende sa mémoire volée ! Qu’on lui rende son passé et ceux qu’il aime !

Et des bribes de son passé, sûr qu’il en retrouve. Et du même temps, il s’enfonce dans les arcanes d’un pouvoir occulte… Un pouvoir propre à construire ou détruire des mondes. Un pouvoir digne d’un Dieu ! »

couv23367006.jpg

Prologue

Siham, la narratrice

    Je dois me hâter. Mon cœur s’arrête de battre. La mort me guette. Je n’ai plus que la force d’écrire ces quelques lignes. Pour toi, mon fils.

Autrefois l’égale des reines, je ne suis plus aujourd’hui qu’une infirme. Une aveugle victime de ses dernières vision. Blessée. Écorchée en mes chairs et âme, par la folie des hommes.

Tout a commencé la nuit de ma mutilation. Je me suis mise à faire des rêves. A revivre à travers eux des événements qui n’étaient pas les miens. Je percevais des pensées, des paroles appartenant au passé. Je devenais le témoin involontaire de l’Histoire.

Histoire que je te lègue mon fils, par ce manuscrit.

Ainsi le dictent les étoiles.

Qu’il me soit donné de rester pour toujours à tes côtés.

Ma vie n’est plus.

Adieu.

 

Ta mère qui t’aime.

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Et vous avez-vous déjà lu ce livre ? Si ce n’est pas le cas, ces premières lignes vous donnent-elles envie de le lire ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :