Premières lignes #14

Coucou!

Qui dit dimanche dit « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque.

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Aujourd’hui, j’ai choisi : « Renaissance, tome 1 Audace » de L. Leclerc qui sera ma prochaine lecture.

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Voici le résumé et les premières lignes du livre précédemment cité:

« Anastasia vit dans un univers post-apocalyptique que les créatures mythologiques partagent avec les humains. Dans ce nouveau monde, retombé à l’âge des châteaux et des lampes à huiles, Ana, son frère et ses parents font partie des douze familles qu’Aïdes, un vieux démon, a sauvées, lors du jour fatidique où tout à basculé.
Résidant dans un magnifique château de la région qui abritait autrefois Bruxelles, Anastasia possède tout ce dont elle a besoin pour vivre heureuse en tant que princesse. Cependant, ce n’est pas son désir. Elle voudrait voyager et partir à l’aventure. Or sortir du château lui est strictement interdit. Une seule question taraude la jeune fille: pourquoi ? »

DSC_0098

Chapitre 1

-Je m’ennuie…chuchotai-je pour moi-même.

Assise, depuis plusieurs heures, sur cette chaise recouverte de velours rouges et de dorures que je connaissais bien, je regardais pour la dixième fois de la journée, les lustres en plaqué or qui pendaient au-dessus de cette magnifique Salle du Trône. Le toit était décoré de fresques des dieux et déesses gréco-romains aux mille couleurs. Dans le fond de la pièce, deux immenses portes de quatre mètres de hauteur donnaient sur l’extérieur. Elles étaient vitrées, et on y voyait des dessins sablés semblables aux autres. Je rêvais de m’y faufiler et de sortir de cet enfer. Les murs qui les entouraient étaient beiges, et des peintures de nobles dansant trônaient dans les cadres en bois vieilli. Ils étaient tous humains, déclarés de la noblesse depuis bientôt dix-huit ans. J’en faisais partie. Les autres murs étaient parsemés de fenêtres aussi hautes que la porte, mais plus fines. Tous les deux mètres, l’une d’elles ouvrait la vue sur l’extérieur. A droite, la magnifique fontaine où une sirène crachait de l’eau; à gauche, le début du jardin royal.

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Et vous avez-vous déjà lu ce livre ? Si oui, l’avez-vous aimé ? Si non, ces premières lignes vous donnent-elles envie de le lire ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :