Premières lignes #25

Coucou!

Qui dit dimanche dit « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque. 

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Aujourd’hui, j’ai choisi: « Le fils de l’ombre et de l’oiseau » d’Alex Cousseau.

Un livre qui me tente depuis très longtemps et que je vais enfin lire ce mois-ci normalement, dans le cadre du Cold Winter Challenge 2017, en lecture commune avec Ma toute petite culture (qui m’a donné l’idée d’ajouter ce livre dans ma PAL du CWC!!).

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Voici le résumé et les premières lignes du livre précédemment cité:

« Alors qu’ils s’apprêtent à tuer le célèbre bandit Butch Cassidy, deux frères racontent, au cours d’une nuit, l’histoire de leurs ancêtres. Leur récit nous entraîne dans toute l’Amérique latine au cours du XIXe siècle, à la rencontre d’aventuriers, d’inventeurs et de révolutionnaires, dans un mélange d’histoires vraies, de légendes et de rêves. Dans le fil de son précédent roman, Les trois vies d’Antoine Anarcharsis, Alex Cousseau nous donne à nouveau un grand roman d’aventures plein de magie et de poésie. »

couv3522534

1916, La Puerta, Chili

On dit que Butch Cassidy figure parmi les plus célèbres bandits de tous les temps. Mais dans un siècle, qui se souviendra encore de lui? Qui saura faire la liste de ses méfaits et raconter ses exploits?

Attaques de trains, hold-up, chevauchées à travers le grand Ouest, l’homme avait la réputation d’être insaisissable. A la fois libre et sauvage. Forte tête. Chef de bande. Voleur et distingué, malfrat en même temps que séducteur. Une poignée d’années seulement lui ont suffi pour se faire un nom, pour se forger une légende. Butch Cassidy n’est pas né Butch Cassidy, il l’est devenu. Entre les États-Unis et l’Amérique du Sud, entre un siècle qui se termine et un autre qui commence, avec ses complices, il pilla des dizaines de banques sur son chemin avant de disparaître. Pour certains, il est mort en 1905 lors d’une fusillade en Bolivie. Pour d’autres, il a continué de vivre dans l’anonymat le plus complet ici ou là. Qui croire?

La vérité, c’est qu’il était vivant. Qu’il est vivant ce jour de 1916, et qu’il sera bientôt mort. Et je vais raconter comment.

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Personnellement, je suis impatiente d’en savoir plus sur ce personnage! Et vous, tentés ? Ou avez-vous déjà lu ce livre? Qu’en avez-vous pensé?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :