Premières lignes #29

Coucou!

Qui dit dimanche dit « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque.

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Aujourd’hui, j’ai choisi : « Les reflets d’argent » de Susan Fletcher. Un livre prévu dans ma PALM de janvier et dans le challenge 12 romans à lire absolument en 2018. Je ne suis pas sûre de savoir le lire ce mois-ci mais je suis impatiente dans tous les cas! 🙂

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Voici le résumé et les premières lignes du livre précédemment cité:

« Une légende raconte qu’il y a très longtemps un homme, pleurant son amour perdu, entendit sur une plage de l’île de Parla, une voix portée par le vent, ce mot soufflé par la mer : Espère. Il se tourna alors vers le large et vit une silhouette flotter dans la mer déchaînée. Puis disparaître sous l’eau. Le corps, celui d’un homme, se terminait par une queue de poisson. Ce jour-là, sur cette même rive, le jeune Sam Lovegrove découvre le corps d’un inconnu, il s’approche terrorisé, croyant faire face à un cadavre. Puis recule en criant, car l’homme n’est pas mort. Sur l’île, cette apparition bouleverse chacun, tout comme les cheveux noirs et la barbe de cet inconnu, qui réveillent les souvenirs d’un disparu. Tout à coup, les légendes semblent réelles, les hommes semblent réécrire l’histoire de l’île, ramasser ses mythes sur le rivage, leurs espoirs bouillonnant dans les flots comme autant de reflets d’argent sous le vent. »

couv42472993

L’homme-poisson de Sye

Il était une fois un homme. Barbu et bienveillant. Il vivait sur une île, dans une maison de pierre avec un robinet qui gouttait et un petit feu de tourbe. Il n’avait guère d’amis. Toute sa famille était morte.

Dans sa jeunesse, il avait été vigoureux. Il portait les balles de foin d’une main et montait les sacs de blé jusque sous les combles. Sa ferme était propre et ses cochons gras; ses épaules brunissaient par beau temps. C’était un bel homme. Amoureux d’une fille aux cheveux couleur de soleil. Quand parfois elle lui souriait en le croisant, son cœur s’emballait et sa gorge s’asséchait. Mais, par dessus-tout, il était timide. Il rougissait dès qu’il entendait son nom; bafouillait et ne parlait plus pendant des jours. Elle est trop jolie, se disait-il. Et la fille aux cheveux couleur de soleil finit par s’en aller. Elle épousa un autre et les saisons s’écoulèrent. Le temps passa. Sa barbe grisonna.

Le soir, il pensait à elle. Il s’asseyait près du feu et disait je suis vieux, à présent. Comment est-ce arrivé? Les années trop vite enfouies. Sa vie envolée comme une feuille morte.

Pas d’enfants, pas de femme.

Quelle petite vie…

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Pour ma part, je suis impatiente de lire un nouveau livre de cette auteure!! Et vous? Avez-vous déjà lu ce livre? En avez-vous envie après avoir lu les premières lignes??

Publicités

Un commentaire sur “Premières lignes #29

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :