« Le fils de l’ombre et de l’oiseau » d’Alex Cousseau

Édition : Du Rouergue (Coll. doAdo)

Parution : 6 janvier 2016

Pages :  416 pages

Prix : 15,90 euros

Résumé

« Alors qu’ils s’apprêtent à tuer le célèbre bandit Butch Cassidy, deux frères racontent, au cours d’une nuit, l’histoire de leurs ancêtres. Leur récit nous entraîne dans toute l’Amérique latine au cours du XIXe siècle, à la rencontre d’aventuriers, d’inventeurs et de révolutionnaires, dans un mélange d’histoires vraies, de légendes et de rêves. Dans le fil de son précédent roman, Les trois vies d’Antoine Anarcharsis, Alex Cousseau nous donne à nouveau un grand roman d’aventures plein de magie et de poésie. »

Mon avis

Un récit étonnant et fascinant que j’ai lu dans le cadre du Cold Winter Challenge pour le menu « marcher dans la neige ». Pour le côté « marcher », c’est, je pense, validé (vu le chemin parcouru par les héros) par contre pour celui « dans la neige » , c’est un peu loupé. Pourtant, la couverture m’évoquait une forêt plongée au cœur de l’hiver avec les sapins et le sol couverts de neige…En réalité, cette histoire se déroule plutôt dans un environnement chaud, parfois humide et vert, parfois sec et aride, très loin du froid de l’hiver la plupart du temps…

Malgré ce petit « kwak » au niveau du challenge, j’ai passé un excellent moment de lecture et je ne regrette pas de l’avoir lu à cette époque de l’année. Ce récit a un petit côté « conte » qui colle parfaitement à la saison !

b-des-uc2004-arbrefuegien-700x500

J’ai parlé de « conte », pour autant, il n’y a rien de réellement « magique » au sens propre du terme (pas de baguette ni de miroir ensorcelés). Il y a, toutefois, des petites touches de fantastique ou, en tout cas, d’inexpliqué, d’étrange, de « pas possible dans la réalité ».

Ces petites bizarreries s’expliquent, en partie, du fait que c’est Elie qui narre l’histoire de ses ancêtres, nous entraînant sur les traces de sa grand-mère puis sur celles de son père auxquelles se mêlent finalement celles de sa mère. Toutefois, il doit composer avec les bribes d’informations qui lui sont parvenues, ainsi qu’avec quelques objets, comme un tricorne ou un dessin d’oiseau volant. Il comble les vides comme il peut, extrapole ou invente au besoin. Et puis, ce récit a traversé les âges et, à force d’être raconté, a été modifié, remanié et embelli.

b-des-uc2004-arbrefuegien-700x500

J’ai adoré l’intrigue de ce roman qui court sur trois générations et franchit de nombreux pays. Impossible d’anticiper quoi que ce soit ; les héros vivent des aventures improbables et leur existence prend des détours totalement inattendus ! Tout peut arriver. Chaque page tournée amène une nouvelle surprise ! C’est un peu fou et rocambolesque parfois, mais tellement poétique et doux en même temps ! Mon ressenti final est à la fois paisible et plein de rebondissements.

b-des-uc2004-arbrefuegien-700x500

Ce roman fait indéniablement voyager : il débute sur les Îles de Pâques, passe par la Patagonie et se poursuit en Amazonie (le long et sur le fleuve Amazone) pour revenir finalement pas loin de son point de départ. Les héros traversent les océans et les déserts, pagaient sur les fleuves et s’envolent dans les airs. Au cours de leur périple, ils nous transmettent leurs sensations et leurs visions du monde, très enrichissantes. L’univers dépeint par l’auteure est plein de couleurs, de mystères et de « magies » mais aussi souvent rudes et sans concession.

b-des-uc2004-arbrefuegien-700x500

Les héros de cette histoire sont atypiques, tour à tour explorateurs, révolutionnaires, chiffonniers, inventeurs, mineurs,…Ils sont hantés par leurs rêves. Ceux-ci les poussent toujours plus loin. S’ils se posent parfois, le temps de reprendre leur souffle, c’est pour mieux repartir ensuite. Ils peuvent rester quelques années au même endroit mais ne sont pas sédentaires dans l’âme, leurs convictions et la poursuite de leurs rêves les incitent à repartir sur les chemins. Ils se laissent alors porter par leur foi et suivent leur instinct. Je me suis attachée à chacun d’entre eux : Poki, Pawel, Wari, Elie et Elias, ainsi que tous ceux qu’ils rencontrent au gré de leurs aventures : Cosmo surtout m’a beaucoup touché mais aussi Alma. J’ai également apprécié l’histoire entremêlée de Butch Cassidy, d’un côté, et d’Elie et Elias, de l’autre, dans la dernière partie du roman.

b-des-uc2004-arbrefuegien-700x500

Le plume de l’auteure porte ce récit avec brio : douce et dynamique à la fois, ponctuée de phrases courtes et accrocheuses, mais également poétiques et merveilleuses.

b-des-uc2004-arbrefuegien-700x500

En bref, un voyage incroyable riche en découvertes et en apprentissages peuplé de héros attachants, rêveurs et volontaires. Un récit d’aventures grandiose, original et surprenant que je conseille à tous sans modération.

Voici les premières lignes de ce roman que j’avais trouvées assez intrigantes!

Ma note: 9 /10 500_F_115207580_US2etunH78I7iMYHOoNVvxQTCIdoPdRj

Publicités

Un commentaire sur “« Le fils de l’ombre et de l’oiseau » d’Alex Cousseau

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :