« Genesis, tome 1, Le défi des étoiles » de Claudia Gray

Édition : Castelmore

Parution : 17 mai 2017

Pages : 512 pages

Prix :  16,90 euros

Résumé

« Noemi Vidal se bat pour l’indépendance de la planète Genesis, une ancienne colonie de la Terre, dans une guerre qui oppose depuis des années son peuple et les armées de robots terriens…

Lors d’une attaque-surprise, Noemi se réfugie dans un vaisseau abandonné où elle rencontre Abel, le prototype le plus sophistiqué jamais conçu. Abel devrait être son ennemi juré… mais la programmation de celui-ci l’oblige à obéir aux ordres de Noemi. Même si cela implique de combattre son propre camp, il devra l’aider à sauver Genesis.

Tandis qu’ils traversent la galaxie, Noemi comprend qu’Abel est plus qu’un robot… et ce qu’Abel ressent dépasse toutes les limites de la programmation. »

espace

Mon avis

« Genesis », comme la couverture le laisse deviner, nous entraîne dans un univers de Science-Fiction. Dès les premières lignes (ici), le ton est donné. Le récit démarre, en effet, sur les chapeaux de roues avec, d’entrée de jeu, un combat dans l’espace. La majorité de l’histoire se déroule ensuite à bord d’un vaisseau voyageant de planète en planète, à travers la galaxie.

espace

Noémi Vidal, notre héroïne, est originaire de Genesis, une planète à l’origine colonisée par les terriens. Cependant, petit à petit, les genesiens se sont détachés de leur planète-mère pour former leur propre « civilisation ». Ils rejettent en masse les technologies modernes (encensées par les habitants de la Terre) afin de préserver leur planète et de vivre en harmonie avec la nature. Depuis l’espace, Genesis ressemble d’ailleurs beaucoup à ce qu’était notre belle planète-bleue avant que celle-ci ne soit polluée par les hommes et qu’elle ne prenne une teinte grisâtre et malade. Les terriens ne voient pas d’un très bon œil cette indépendance et, à l’étroit sur leur planète en passe d’expirer, souhaiteraient récupérer Genesis et ses richesses naturelles pour s’y établir. Une guerre a donc éclatée entre ces deux grandes entités. Malgré leur pauvreté technologique, les genesiens résistent pour le moment…

Noémi Vidal s’est justement engagée comme soldat dans l’armée de Genesis afin de combattre les terriens. Cependant, lors des batailles, au lieu d’êtres humains, ce sont généralement des robots qu’elle doit affronter. Sur terre, les hommes ont, en effet, créé des androïdes très sophistiqués, programmés pour des tâches bien spécifiques. Il y a en tout 26 modèles (autant que les lettres de l’alphabet). Par exemple, les Queen et les Charlie sont des combattants hors pair tandis que les Tare font d’excellents médecins. Pour chaque modèle, il existe un méca féminin et un méca masculin. Chacun d’eux est spécialiste dans son domaine et surpasse n’importe quel humain dans celui-ci. S’ils ressemblent traits pour traits aux hommes, ils n’ont pas d’âme et se contentent de faire ce pour quoi ils ont été créés. Ils obéissent aux ordres, sans plus.

Au cours d’un combat qui l’oppose aux forces terriennes, Noémi trouve refuge dans un vaisseau qu’elle croit abandonner et fait la rencontre d’un méca un peu particulier, Abel. Suite aux révélations qu’il lui fait, Noémi décide d’essayer de changer le destin de Genesis en partant dans une quête un peu folle à travers la boucle. Débute ainsi une sorte de voyage intergalactique palpitant.

espace

En effet, Genesis n’est pas la seule planète que les humains ont conquis. Il en existe d’autres assez différentes les unes des autres. L’une d’entre elles, par exemple, petite mais presque entièrement submergée d’eau violette, accueille les riches terriens en quête de douceur et de bien-être ; une autre, à l’inverse désertique, renferme en son sein, au cœur de villes souterraines, les plus éminents scientifiques humains. L’univers ainsi créé par l’auteure, peuplé de mécas, de vaisseaux et de planètes aux couleurs et aux fonctions très variées est très bien construit. J’ai adoré me balader dans l’espace aux côtés de nos héros et découvrir, comme eux, ce monde vaste et plein de surprises.

espace

Leur mission qui semblait, en théorie, assez simple, se révèle, en réalité, plus compliquée que prévu. Les rebondissements et les révélations ne manquent pas dans ce récit, riche en actions. L’intrigue est très prenante et m’a, personnellement, tenue en haleine d’un bout à l’autre de l’histoire !

Comme vous pouvez vous en douter, une petite romance vient se mêler à l’intrigue principale. Cependant, je trouve qu’elle est bien menée et pas trop rapide. Les personnages prennent le temps de s’apprivoiser, de se connaitre et de s’apprécier. De plus, ils ont, au départ, des obstacles de taille à franchir, l’une étant humaine (et génésienne) et l’autre méca (et terrien) ; leur relation semble compromise avant même d’avoir commencé. Ils ne prennent, pour cause, pas directement conscience de leurs sentiments. Ce que j’ai surtout aimé, c’est que, pour moi, cette romance n’envahit pas tout le récit. Elle est toujours là en toile de fond mais le point d’accroche principal est avant tout la mission !

espace

Noémi et Abel sont deux personnages forts et attachants. Ayant été élevés sur des planètes en guerre et aux idéaux opposés, l’apprentissage et l’éducation qu’ils ont reçu sont très contrastés. Ils ont, de ce fait, chacun leurs propres convictions, profondément ancrées en eux. Au contact l’un de l’autre, ils vont les confronter, les remettre en question ou, tout au moins, les voir sous un nouveau jour. Leurs petites joutes verbales sont très plaisantes à suivre et leurs réparties piquantes et parfaitement dosées. Ils savent ce qu’ils veulent et font tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir à leur fin, malgré les difficultés rencontrées.

Durant leur périple, ils rencontrent de nombreux autres protagonistes qui, selon les cas, les aident, ou leur mettent des bâtons dans les roues. Ils passent avec chacun d’eux plus ou moins de temps : certains les accompagnent un bout de chemin, d’autres ne font que passer brièvement. Parmi ceux-ci, j’ai particulièrement apprécié Virginia. Elle est vive, curieuse et fonceuse, malgré son peu d’expérience du monde et des combats.

espace

En bref, un récit plein d’actions qui prend place dans un univers de science-fiction très riche et bien construit. Si vous aimez les escapades intergalactiques, les vaisseaux et les combats dans l’espace, le tout agrémenté d’une romance touchante, ce livre devrait vous plaire

 

Ma note: 8,5/10 Thumbs up star

Publicités

5 commentaires sur “« Genesis, tome 1, Le défi des étoiles » de Claudia Gray

Ajouter un commentaire

    1. 🙂 Contente de t’avoir donné envie! Après, ce n’est pas de la SF nébuleuse avec un univers trop compliqué à comprendre. Si les voyages/batailles dans l’espace et les androïdes ne te dérangent pas trop, ça pourrait te plaire, ils ne sont pas non stop à bord du vaisseau puisqu’ils descendent aussi sur les différentes planètes etc. 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre à leslivresderose Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :