« La vie secrète d’Elena Faber » de Jillian Cantor

Édition : Préludes

Parution : 4 avril 2018

Pages : 384 pages

Prix : 15, 90 euros

Résumé

« Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, est apprenti chez Frederick Faber, un maître graveur, créateur de timbres, lorsqu’éclate la nuit de cristal. Après la disparition de son professeur, Kristoff commence à travailler pour la résistance autrichienne avec la belle et intransigeante Elena, la fille de Frederick dont il est tombé amoureux. Mais tous deux sont bientôt pris dans le chaos de la guerre. Parviendront-ils à échapper au pire ?
Los Angeles, 1989. Katie Nelson découvre dans la maison familiale une riche collection de timbre appartenant à son père. Parmi ceux-ci, une mystérieuse lettre scellée datant de la Seconde Guerre mondiale et ornée d’un élégant timbre attire son attention. Troublée, Katie décide de mener l’enquête, aidée de Benjamin, un expert un peu rêveur… »

Edelweiss

Mon avis

Je tenais tout d’abord à remercier chaleureusement NetGalley et les éditions Préludes pour l’envoi de ce service presse numérique ! #ChallengeNetGalleyFR

J’avais repéré ce livre dans les sorties du mois de mai ! De ce fait, quand je l’ai vu dans le catalogue de NetGalley, j’ai directement envoyé une demande à la maison d’éditions qui l’a très gentiment acceptée ! Et je peux d’ors et déjà vous dire que j’ai passé un très agréable moment de lecture !

Edelweiss

Le récit (cf les premières lignes ici) s’ouvre sur une jeune fille qui marche péniblement dans la neige, des lettres à la main. Lettres qu’il semble cruciale qu’elle poste. Elle est presque arrivée à destination lorsqu’elle sent soudain le canon froid d’une arme pointée sur sa tempe… Pour découvrir ce qu’il lui arrive ensuite et pourquoi elle se trouvait seule dehors par ce froid matin de l’hiver 1939, il faudra attendre de nombreuses pages. Personnellement, j’apprécie quand les romans proposent ce genre de prologue où d’entrée de jeux l’auteure nous révèle les bribes d’un événement dont la suite ou les conséquences ne seront dévoilées que bien plus tard. Jillian Cantor, ici, nous en dit juste assez pour nous mettre l’eau à la bouche et puis….entame son premier chapitre avec Katie en 1989.

Ce roman alterne, en effet, des chapitres qui se passent en 1989-90 aux côtés de Katie et d’autres qui remontent beaucoup plus loin dans le passé et retracent la vie d’Elena Faber et Kristoff en 1938-39. Le lien qui unit ces deux histoires, c’est une lettre, fermée et non cachetée, retrouvée dans la collection de timbres du père de Katie. Cette lettre, et surtout son timbre, pourrait bien être la perle rare qu’il a toujours rêvé de posséder.

Edelweiss

J’ai adoré tout autant ces deux récits parallèles bien que celui concernant Kristoff et Elena soit plus surprenant et stressant, vu le contexte de la seconde guerre mondiale. L’histoire de Katie a un côté plus convenu, qui m’a moins séduite même si ses recherches autour de la lettre restent très intéressantes à suivre. Surtout que l’auteure maitrise parfaitement ses fins de chapitres. Régulièrement, elle les termine sur des mini-cliffhangers qui donnent terriblement envie de sauter le chapitre suivant pour directement reprendre là où s’arrête le précédent ! Elle arrive, de cette manière, à tenir son lecteur en haleine tout au long du roman ! Son style est, de plus, fluide et travaillé. Elle insère juste ce qu’il faut de descriptions pour planter le décor. C’était un véritable plaisir à lire!

L’intrigue est bien menée même si j’ai cru jusqu’au bout qu’il y aurait encore d’autres rebondissements, une fois la « grosse » révélation faite. En effet, si celle-ci m’a surprise, j’ai ensuite trouvé le récit plus plat et couru d’avance. La fin est parfaite en soi mais pas assez mouvementée à mon goût. J’ai eu l’impression qu’une fois les principaux mystères dévoilés, le suspens retombait un peu trop et, surtout, ne remontait plus, ce que j’ai trouvé dommage,. D’autant qu’il restait encore pas mal de pages ! Toutefois, c’est un petit détail puisque que j’ai, malgré tout, accroché jusqu’au bout à ma lecture ! Ce livre ne révolutionne sans doute pas le genre mais reste très agréable à lire !

Edelweiss

En ce qui concerne les personnages, j’ai beaucoup aimé Katie dont nous suivons le point de vue. Sa vie n’est pas au beau fixe, entre son divorce en cours et son père interné à cause de ses pertes de mémoire. Si, pour le moment, il peut encore parfaitement évoquer des événements qui se sont produits il y a des années, il a souvent du mal à se souvenir de ce qu’il a mangé le matin même… Katie a des origines juives allemandes. Elle-même est, cependant, née et a toujours vécu aux Etats-Unis, tout comme sa mère. Seuls son père et ses grand-parents maternels ont habité en Europe avant de venir s’installer aux USA. Grâce à la fameuse lettre, Katie va non seulement s’embarquer dans une aventure un peu folle qui la mènera jusque sur la terre de ses ancêtres mais aussi faire la connaissance de Benjamin. J’ai apprécié ce personnage, un peu distant au début, mais très doux et franc ! Il va droit au but et peut parfois paraître maladroit dans sa façon de s’exprimer. Il est très attachant et son vécu s’est révélé plus complexe et poignant que ce à quoi je m’attendais au départ !

J’ai grandement apprécié aussi les Faber (toute la famille) et Kristoff ! Ils ont été fortement touchés par la seconde guerre mondiale et ce, dès les premières actions anti-juives, dont la sanglante Nuit de Cristal. J’ai tremblé pour eux à maintes reprises et éprouvé de la joie ou encore du soulagement en suivant leur récit ! Je me suis réellement prise d’affection pour eux ce qui a rendu leur histoire d’autant plus prenante et émouvante ! Ces chapitres sont contés à la troisième personne et, pourtant, j’avais l’impression d’être plus proche d’eux que de Katie. D’un côté, tout est fait pour avoir cette sensation puisqu’une partie de l’histoire de Katie est tournée vers les Faber. Elle essaie, tout comme nous, de comprendre ce qu’il s’est passé et est tout aussi impatiente de découvrir enfin ce que contient cette fameuse lettre !

Elena m’a également plu malgré sa froideur et son détachement, qui cache, en réalité, une certaine retenue ! Elle sait que ce qu’elle fait est dangereux et, de ce fait, a peur de s’attacher. C’est une jeune femme très courageuse et prête à tout pour protéger ceux qu’elle aime ! Elle prouve, d’ailleurs, son amour davantage par ses actes que par ses paroles. Elle a des idéaux et agit en conséquence. Kristoff, quant à lui, est plus prudent et réservé. Sans Elena, sans sa dévotion pour elle et pour sa famille, il n’aurait sans doute pas osé faire le quart du tiers de ce qu’il a fait. J’ai apprécié que, dans cette histoire, la fille soit plus frondeuse que le garçon qui reste plus tempéré (sans être lâche pour autant).

Edelweiss

Le récit se déroule donc, d’une part, durant la seconde guerre mondiale et, d’autre part, au moment de la chute du mur de Berlin (vécu en grande partie depuis les USA). Je trouve que l’auteure place bien son contexte tout en restant principalement du point de vue de la « petite histoire ». Elle ne relate pas tous les grands faits historiques en long et en large mais se contente d’évoquer ceux qui touchent de près ses protagonistes. La guerre est vécue à travers le quotidien de cette famille et de leurs proches. J’ai trouvé ce choix judicieux et très introspectif. J’ai, de plus, appris pas mal de choses sur la guerre, la résistance et les timbres ! Jillian Cantor s’est bien renseignée sur son sujet et cela se sent !

Edelweiss

En bref, un récit touchant et bouleversant qui ne m’a pas laissée indifférente ! Les personnages sont attachants, le rythme de l’intrigue prenant et le style de l’auteure chapeaute parfaitement le tout ! Si vous aimez les histoires de lettres perdues et de secrets bien gardés sur fond de seconde guerre mondiale et de résistance, lancez-vous, ce roman devrait vous plaire !

Ma note: 8,5 /10 715vwvP5ZEL.png

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :