Mini chroniques : deux romans SFFF

Coucou !

J’ai pris un peu de retard sur mes chroniques en avril, mai et juin. Et, malheureusement, je n’ai pas pensé à noter mes impressions à chaud. Aujourd’hui, j’estime que mes souvenirs ne sont pas assez précis pour rédiger des articles détaillés et, surtout, j’aimerais vraiment être à jour avant la rentrée de septembre. Pour ces deux raisons, j’ai décidé de poster quelques articles contenant plusieurs « mini » chroniques.

L’article d’aujourd’hui concernera deux livres que j’ai lus en juin et dont j’aurais aimé parler plus longuement : le premier parce que c’était une lecture commune, le second parce que ce fut un presque coup de cœur…


51Vg2zW31SL._SX195_

Édition : Lumen

Parution : 3 mai 2018

Pages : 467 pages

Prix : 15 euros

Résumé

« Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l’encre et du papier ?

Avec la bonne plume, le bon papier et en respectant des règles complexes, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts un nouveau monde. Cette nouvelle branche de la science, la scriptologie, connaît deux adeptes hors du commun : Jumi da Veldana et sa fille Elsa sont nées, comme l’univers d’où elles viennent, sous les doigts d’un scriptologue. Mais elles se sont révoltées et ont elles-mêmes appris, à leur tour, les secrets de cet art, et repris le contrôle de leur petit paradis.

Leur bonheur ne dure pas : Jumi cache un noir secret et disparaît, enlevée sous les yeux de sa fille, qui doit s’aventurer dans le monde réel pour retrouver sa trace. Des canaux d’Amsterdam aux rues du Pise, elle finit par trouver refuge dans une véritable  » maison de fous  » appartenant à l’ordre d’Archimèdes, c’est-à-dire une institution où scriptologues, alchimistes et mécaniciens peuvent venir se mettre à l’abri, étudier et travailler en compagnie d’autres scientifiques. C’est aussi un pensionnat, dont les élèves l’observent avec beaucoup de curiosité – au premier rang d’entre eux, Léo, un mécanicien de génie, avec qui sa rencontre fait des étincelles. L’aide promise à Elsa par l’ordre tardant à se concrétiser, la jeune fille décide de prendre les choses en main. Et ce n’est pas peu dire. Car Elsa, elle aussi, dissimule un secret…

Saura-t-elle réparer par l’écriture un univers devenu fou ? Elsa va devoir apprivoiser les règles de ce nouveau monde et se faire à la complexité des relations humaines si elle veut parvenir à retrouver la trace de sa mère. Passé tragique et ténébreuses conspirations, mondes de poche et armes ultimes : suivez cette héroïne armée d’encre et de papier dans une aventure pleine de charme et de suspense ! »

Mon avis

J’ai lu « D’encre, de verre et d’acier » en lecture commune avec La voleuse de marque pages. Je n’ai pas encore lu sa chronique mais, d’après nos échanges, son ressenti est assez proche du mien. N’hésitez pas à aller lire son article !

Outre sa magnifique couverture, j’avais aussi été attirée par le postulat de départ de ce roman : la possibilité de créer des univers parallèles entiers avec de l’encre et du papier ! J’avais l’impression qu’à partir de là, les possibilités étaient infinies et j’étais impatiente de découvrir toutes les richesses de ces univers. Finalement, j’ai été un peu déçue parce que l’essentiel de l’intrigue se déroule dans le monde « principal » (assez proche du nôtre) et non dans une des créations des scriptologues. Ce monde « principal » n’est pourtant pas dénué d’intérêts puisque, en dehors des scriptologues, s’y cachent aussi des alchimistes et des mécaniciens. Le petit côté steampunk m’a également plu. Cependant, dans l’ensemble, j’ai eu un gout de trop peu : l’auteure avait plein de bonnes idées mais elle ne les a pas assez exploitées, selon moi.

L’intrigue en elle-même ne m’a pas spécialement marquée mais je me souviens que le récit est très dynamique et les révélations captivantes sans être exceptionnelles non plus.

Les personnages étaient sympas mais, malheureusement, ils manquaient de profondeur et de complexité pour que je m’y attache réellement. J’en garde d’ailleurs un souvenir assez flou, preuve, s’il en est, qu’ils ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable .

En bref, je suis ressortie de ce livre avec un sentiment d’inachevé, j’en aurais voulu plus ! D’autant que l’univers a énormément de potentiels ! N’hésitez pas à vous faire votre propre avis sur ce roman qui était peut-être tout simplement trop « jeunesse » pour moi…. Pour ma part, j’hésite un peu à lire la suite.

Ma note: 6,5/10 smileys-smileys-tns0


L-Heritage-des-Rois-Passeurs

Édition : Milady

Parution : 18 novembre 2016

Pages : 473 pages

Prix : 8,20 euros (poche)

Résumé

« La dernière héritière d’une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l’éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d’Ombre. Voici l’histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d’Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ? »

Mon avis

Après cet avis en demi-teinte, passons à mon presque coup de cœur : « L’héritage des rois passeurs » de Manon Fargetton. Il m’avait été chaudement recommandé par Ombrebones, entre autre ! Voici son article.

Dès les premières pages (voire les premières lignes), j’ai su que j’allais adorer ce roman. En effet, le style de l’auteure, dynamique et moderne, m’a directement transportée et, quoi que l’intrigue allait réserver par la suite, je savais que j’étais d’ores et déjà conquise. Rien que pour retrouver sa plume, j’ai hâte de lire d’autres romans de cette auteure, quel que soit le sujet (ou presque, je mets un veto sur les récits horrifiques).

Dans ce roman, deux réalités se superposent, l’une étant le reflet de l’autre : Rive (l’équivalent de notre monde) et Ombre (sa version Fantasy). Si l’histoire commence à Rive, elle bascule, pour ma plus grande joie, très vite en Ombre. J’ai adoré explorer cet univers fantastique et plein de surprises : peuplé de dragons, de magiciens, de passeurs, de religieux aux cultes variés,…

Par-dessus tout, je pense que j’ai apprécié la façon dont Manon Fargetton a construit ses personnages ! Ils sont authentiques et leurs réactions m’ont semblé tout à fait plausibles. Les aventures qu’ils vivent les font évoluer tout au long du récit. Ravenn est une héroïne extrêmement badass et forte mais ne se résume pas à cela. Elle révèle une personnalité, au contraire, très complexe ! Le caractère d’Enora est plus difficile à cerner, je trouve, entre autre parce qu’elle est en deuil. La jeune fille enjouée des premières pages laisse très vite place à une jeune femme plein d’amertume et de tristesse qui tente de se relever après la tragédie qui l’a touchée et qui va se raccrocher à sa vengeance pour survivre. L’auteure décrit vraiment bien son deuil et la façon dont les événements l’ont transformée. Les deux frères : le sérieux Julian et le bout en train Charly m’ont également beaucoup plu ! Il y a encore pléthore d’autres personnages que je pourrais vous citer ; tous sont admirablement bien travaillés et terriblement humains !

L’intrigue est parsemée de rebondissements et prend régulièrement des chemins inattendus. La fin est grandiose ! J’aimerais tellement vous en parler mais je vous spoilerais évidement…Elle est juste, crédible et parfaitement orchestrée !

En bref, un roman que vous devez lire absolument que vous soyez ou non adeptes de Fantasy !

Ma note: 9,5/10 smiley-face-thumbs-up-cartoon-kijgzoeiq

Publicités

8 commentaires sur “Mini chroniques : deux romans SFFF

Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai malheureusement pas été aussi convaincue que toi par « L’héritage des Rois-Passeurs », et ce à cause de la seconde partie du roman dans laquelle j’ai trouvé que les personnages devenaient presque fade, mais surtout c’était prévisible. En revanche, il paraît que « Les Illusions de Sav-Loar » est meilleur et, ça tombe bien, j’ai très envie de le découvrir car je pense qu’on y retrouve Bleue et je dois bien avouer qu’elle m’a sacrément intriguée 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, je me suis également dit que l’on doit retrouver Bleue dans le tome 2 qui est apparemment meilleur!! 🙂 Je t’avoue que je n’ai pas ressenti cette différence entre la première et la seconde partie mais j’ai déjà du mal à me souvenir de ces deux parties!^^ En tout cas, cela ne m’a sans doute pas dérangée et/ou marquée!

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai acheté « D’encre, de verre et d’acier » mais je ne l’ai pas encore lu. Je me demande ce que je vais en penser aux vues de sa chronique. En tout cas « L’héritage des rois passeurs » m’a l’air (très) intéressant !^^

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :