« L’expédition de l’espoir » de Javier Moro

Édition : Robert Laffont

Parution : 16 mai 2018

Pages : 433 pages

Prix : 21,50 euros

Résumé

« Le 30 novembre 1803, un bateau quitte le port de La Corogne sous mille acclamations et applaudissements. À bord, une vingtaine d’orphelins, des enfants de tous âges, qui partent avec la plus noble des missions : porter le vaccin contre la variole, à peine découvert, de l’autre côté de l’océan, en Amérique. Les accompagne la douce et maternelle Isabel Zendal, chargée de prendre soin d’eux. Les héros de cette folle expédition, dirigée par l’intransigeant médecin Francisco Javier Balmis et son généreux assistant Josep Salvany, devront affronter tempêtes et naufrages, et se heurteront à l’opposition du clergé, à la corruption des élus et à la cupidité de ceux qui cherchent à s’enrichir aux dépens des plus démunis.
Aujourd’hui reconnue comme l’une des plus grandes prouesses humaines de l’Histoire, cette aventure a été portée par le courage de ces enfants, sur qui reposait la vie de tant de gens, mais aussi par l’audace de deux hommes que tout opposait, si ce n’est leur amour pour la seule femme à bord. »

buzlu-firtinali-denizde-gemi-4631

Mon avis

Je tenais tout d’abord à remercier chaleureusement NetGalley et les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce service presse numérique.

L’évocation de voyage en bateau que suggéraient à la fois la très jolie couverture et le titre de ce roman m’a directement attirée ! Quand la lecture du résumé est venue confirmer ce que j’escomptais, je n’ai plus hésité et j’ai envoyé une demande sur le site de NetGalley ! Et… j’ai passé un bon moment de lecture dans l’ensemble ! Toutefois, celle-ci ne m’a pas transcendée et j’ai eu quelques réserves vis-à-vis de certains aspects.

buzlu-firtinali-denizde-gemi-4631

Première petite déception : malgré l’emballage évocateur, il faut attendre environ la moitié du livre pour voir nos héros embarquer sur un navire. Mes attentes étant tout autre à ce niveau, j’ai dû prendre mon mal en patience. Cependant, je comprends que l’auteur ait voulu prendre le temps de placer son contexte et de présenter ses personnages dans un souci d’exactitude historique.

En effet, et bien que ce récit soit largement romancé, Javier Moro a entrepris de nombreuses recherches pour être au plus proche de la « vérité » (aussi bien concernant les grandes lignes de cette histoire que de l’Histoire en générale). Il a voyagé un peu partout en Espagne et en Amérique du Sud, a lu de nombreux documents en lien avec cette expédition, a rencontré des spécialistes dans ce domaine, etc. J’ignorais ce petit « détail » avant de commencer le roman. Quand je l’ai découvert, j’ai mieux compris le pourquoi de cette longue « mise en place »…

Ce livre retrace ainsi une grande campagne philanthropique visant à propager à travers le monde, et surtout à travers le royaume d’Espagne au sens large du terme (la péninsule ainsi que toutes ses colonies), le vaccin contre la variole. À cette époque, cette maladie, éradiquée depuis 1980 et dont le dernier cas a été recensé en 1977, était une des principales causes de mortalité dans le monde ! Divulguer ce vaccin (et ce gratuitement) à l’ensemble de la population relève donc d’un acte très charitable et mémorable, pourtant méconnu et presque tombé dans l’oubli aujourd’hui….Tout comme le rôle d’Isabel, seule représentante de la gente féminine à bord et première femme infirmière d’Espagne (si je me souviens bien). Engagée au départ pour surveiller les enfants lors de la traversée, elle s’est vite révélée indispensable à la bonne marche de l’entreprise.

buzlu-firtinali-denizde-gemi-4631

Durant la première partie de son roman, Javier Moro nous présente cette femme exceptionnelle ainsi que Balmis, le futur directeur de l’expédition (un autre personnage ayant réellement existé). Malheureusement, je n’ai pas spécialement adhéré à cette « première partie », entre autre parce qu’une distance s’est très vite instaurée entre moi et les personnages. En raison de l’emploi du passé ou de l’imparfait à répétition, peut-être ? Ou encore du fait que l’auteur fait très régulièrement des sauts temporels, se contentant de passer rapidement sur les moments-clés de la vie de nos deux héros. Je peux tout à fait comprendre son choix ainsi que le côté « réalité » historique qu’il a voulu mettre en avant et qui justifie, selon moi, son style. Toutefois, je n’ai, de ce fait, pas vraiment été touchée par les personnages ou par leur histoire. Je manquais d’éléments concrets auxquels me raccrocher : des petits détails du quotidien, des anecdotes qui font que je me serais attachée à eux. Cependant, Isabel me plaisait dans les grandes lignes, au contraire de Balmis qui paraissait vaniteux et insensible, malgré le domaine dans lequel il exerçait. Sa soif de gloire primait sur l’envie de sauver des vies et justifiait ses décisions souvent discutables.

buzlu-firtinali-denizde-gemi-4631

Une fois l’expédition lancée, le récit a réellement pris de l’intérêt à mes yeux ! Un troisième personnage fait alors son apparition : Salvany, un homme doux, ouvert aux autres et sensible (l’antithèse de Balmis en d’autres termes). Sa maladie le rend peut-être fragile physiquement mais sous cette faiblesse, il cache un mental d’acier qui va lui permettre d’aller au bout de sa mission ! De nombreux enfants, porteurs du vaccin et garants de la réussite du projet, font également partie de l’aventure ! J’ai été touchée, révoltée, attristée,…et heureuse aussi parfois par tout ce que ces personnages vont vivre : les difficultés qu’ils vont rencontrer aussi bien naturelles qu’humaines seront nombreuses. Si les premières sont presque inévitables vu la durée du voyage, les secondes le sont beaucoup moins vu sa portée et son importance humanitaire !! Ainsi, si certains dirigeants accueillent la petite troupe avec tous les honneurs qui leur sont dus, d’autres, bien plus égoïstes, n’hésitent pas à leur mettre des bâtons dans les roues, mettant ainsi en danger la santé de la population, au profit de leur seule gloire ! Certaines situations étaient tout bonnement abjectes. Si cette seconde partie a suscité ma compassion face au sort des personnages, ils ne m’ont toutefois pas touchée autant que je l’aurais voulu, malgré la présence des orphelins. Balmis reste jusqu’au bout très froid et hautain. Cette expérience inédite va quelque peu modifier sa vision des choses et l’adoucir (un peu) mais elle ne le change pas du tout au tout. Quant à Isabel, j’ai parfois eu du mal à la cerner : entre la servante obéissante du début et la femme affirmée qu’elle devient par la suite, il y a un monde. Même si j’ai assisté à son évolution, j’ai l’impression d’avoir sauté certaines étapes et de ne pas avoir tout saisi de sa transformation. Comme s’il me manquait l’un ou l’autre élément pour tout raccorder… Salvany est le seul que j’ai vraiment apprécié avec Candido, peut-être (un des petits orphelins au fort caractère) !

buzlu-firtinali-denizde-gemi-4631

J’ai appris énormément de choses en lisant cet ouvrage ! Je ne connaissais rien (ou presque) à la variole et au procédé de vaccination. Cependant, j’ai également pris conscience que la médecine n’est pas un univers qui m’attire spécialement. Les passages où l’auteur décrit le processus de vaccination ou utilise des termes plus techniques et spécifiques à ce domaine ne me passionnaient pas. Et pourtant, en total contradiction, j’étais contente d’en découvrir plus à ce propos et de m’ouvrir à ce monde inconnu.

buzlu-firtinali-denizde-gemi-4631

En bref, un livre très intéressant qui exhume des brumes de l’oubli un fait historique d’une importance scientifique et humaine indéniable ! L’auteur maitrise parfaitement son sujet ! De plus, il choisit de mettre en avant une femme, Isabel, dont l’histoire, elle aussi méconnue, mérite d’être citée en exemple. Si j’ai été un peu déçue dans mes attentes de voyage en mer au début et que j’aurais aimé m’attacher davantage aux personnages, ce roman reste une bonne lecture ! Il ravira les passionnés de médecine et permettra aux novices dans ce domaine (comme moi) d’enrichir leur culture générale !

Ma note: 7,5/10depositphotos_125748560-stock-illustration-smiley-doctor-icon

Publicités

Un commentaire sur “« L’expédition de l’espoir » de Javier Moro

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :