« Sirius » de Stéphane Servant #PLIB2018

Édition : Le Rouergue

Parution : 23 août 2017

Pages : 474 pages

Prix : 16,50 euros

#ISBN:9782812614330

Résumé

« Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s’écoule doucement… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux. Une lecture addictive ! »

1935

Mon avis

« Sirius » était le dernier finaliste du PLIB2018 que je devais lire ! C’est aussi celui qui me faisait le moins envie et il s’avère que c’est effectivement celui qui m’a le moins plu de toute la sélection. Je ne pense pas que ce livre était fait pour moi. Cependant, « Sirius » a de nombreuses qualités et la plupart des points que je n’ai pas aimés sont susceptibles de plaire à un grand nombre de lecteurs ! Mon avis dénote d’ailleurs de la plupart des critiques très positives à son sujet !

1935

 « Sirius » est un road-trip post apocalyptique, premier élément qui me rebutait ! En effet, la plupart du temps, je n’accroche pas à ce style de récit. Je trouve qu’il souffre souvent de longueurs et/ou que l’histoire tourne en rond ; le lecteur se contente d’attendre la prochaine rencontre, le prochain obstacle que vont rencontrer les héros. Pour moi, les road-trips ont un côté répétitif (même si les rencontres/obstacles sont à chaque fois différents) qui ne me convient pas. Toutefois, j’en ai déjà lus auxquels j’ai accroché donc…je ne partais pas complètement défaitiste ! Malheureusement, « Sirius » compile, de mon point de vue, tous les défauts que j’ai cités ci-dessus…

Je n’ai pas spécialement non plus adhéré à la quête poursuivie par les héros. Elle manquait selon moi d’explications et de profondeur. Je suivais le récit mais sans me sentir concernée par ce qui arrivait aux personnages… Je suis donc passée à côté de l’intrigue dans son ensemble, que ce soit au niveau de son but ou de sa construction.

1935

Un autre point avec lequel j’ai eu du mal, c’est les messages que l’auteur fait passer à travers son histoire. J’avais lu que ceux-ci étaient distillés subtilement et laissaient le lecteur libre de se faire sa propre opinion. Personnellement, je n’ai pas du tout eu le même ressenti. Au contraire, j’ai trouvé l’auteur insistant et peu nuancé. Ce sont de jolis messages et il y a un aspect dérangeant qui pousse à la réflexion mais j’ai vraiment eu l’impression d’être forcée d’adopter un point de vue. Le côté manichéen m’a également déplu. La vision de l’auteur vis-à-vis de l’humanité est extrêmement pessimiste. J’ai lu récemment un autre roman post-apocalyptique (« Station Eleven » ) où si certains hommes profitent de la situation, d’autres, au contraire, essayent de survivre en s’entraidant. Tout n’est pas pourri. Dans « Sirius », la grande majorité des hommes adultes sont décrits comme de beaux salauds, seuls deux ou trois semblent échapper à cette règle. C’est peut-être plus réaliste ? Je ne sais pas. Et (un peu naïvement peut-être), je n’espère pas ! Toutefois, et heureusement, malgré le côté très sombre de ce récit, l’auteur, à travers les enfants et les animaux, laisse une note d’espoir. Tout n’est pas perdu ! C’est cet espoir, d’ailleurs, qui pousse nos héros sur la route et leur donne la force de continuer, de poursuivre leur quête et d’arriver, enfin, à la montagne.

1935

Au niveau de l’univers, j’ai apprécié découvrir les différentes facettes de ce monde post-apocalyptique. J’aurais juste aimé que l’auteur développe davantage le pourquoi et le comment des guerres, des capsules, etc. Je conçois, cependant, que ce n’est pas le cœur de l’histoire et que ces précisions ne sont pas nécessaires à la bonne compréhension de l’intrigue. La touche fantastique que l’auteur mêle à son univers post-apocalyptique ne m’a pas dérangée. J’ai trouvé qu’elle collait bien au contexte et à l’ambiance générale du livre !

Les personnages sont bien construits et leur évolution est compréhensible. Malheureusement, je ne me suis attachée ni à Kid ni à Avril. Comme je l’ai déjà dit plus haut, je n’ai pas réussi à compatir à leur sort. Je suis restée indifférente à tout ce qui leur arrivait, comme détachée. C’est dommage parce que certains passages sont très beaux et auraient pu me tirer quelques larmes (de joie ou de tristesse) en d’autres circonstances…

Je terminerai sur une note positive en vous parlant de la plume de Stéphane Servant que j’ai adorée ! C’est en grande partie grâce à elle, je pense, que je n’ai pas abandonné ce roman ! Elle est fluide, poétique et travaillée. Les chapitres sont courts et s’enchainent très facilement. J’ai aussi aimé qu’il adapte sa plume au parlé de Kid qui évolue et se modifie au fil du récit. Je suis donc, malgré tout, contente d’avoir lu ce livre et d’avoir découvert cette plume !

1935

En bref, ce road-trip post-apocalyptique n’était absolument pas fait pour moi ! Toutefois, ce ne fut pas le cas pour la majorité des lecteurs ! Je ne vous déconseille donc pas ce roman si le sujet vous intéresse ! Il est vraiment très bien écrit et il y a de fortes chances pour que votre ressenti vis-à-vis des personnages et des messages transmis diffère du mien ! Pour ma part, j’ai « Le cœur des Louves » dans ma PAL et j’espère davantage accrocher à cette histoire qui, de prime abord, me convient plus !

Ma note: 6,5/10 2853786836_1

7 commentaires sur “« Sirius » de Stéphane Servant #PLIB2018

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :