« Meg Corbyn, tome 3, Gris présages » d’Anne Bishop

Édition :Milady

Parution : 23 septembre 2016

Pages : 572 pages

Prix : 8,20 euros

Résumé (tome 1)

« Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux… »

Meg-Corbyn-Simon

Mon avis

Meg Corbyn est une saga bit-lit que j’ai commencée il y a environ deux ans. Si ma lecture du second tome remonte à quelques mois à peine, celle du tome 1 est beaucoup plus ancienne (plus d’un an avant malgré que ce fut un joli coup de cœur). Comme, je n’avais aucune envie de reproduire ce schéma avec le troisième opus, j’ai mis celui-ci dans ma PAL du « Pumpkin Autumn Challenge ».

Meg-Corbyn-Simon

En replongeant dans l’univers de Thaisia, j’ai presque eu l’impression de rentrer chez moi ou, du moins, de revoir des amis proches. Et j’exagère à peine ! Une sensation de bien-être cocooning m’a réellement envahie quand j’ai retrouvé Meg Corbyn et les autres personnages (humains et Terra Indigene) de Lakeside ! Depuis les prémices de cette série, le groupe entourant la prophétesse de sang s’est bien étoffé. Une jolie pléiade de personnages, appartenant ou non à l’enclos et vivant ou non à Lakeside (puisque le rayon d’action du récit s’étend, à présent, bien au-delà de la ville) évolue dans ce roman. Et l’auteure prend le temps de développer la personnalité de la majorité d’entre eux ! Autour de Meg Corbyn et de Simon Wolfgard, qui restent les deux personnages principaux, gravitent Tess (que j’adore), Nathan, Henry le beargard (que j’adore), Jamie (que j’adore), Vlad le vampire (que j’adore), la meute humaine de Meg composée, entre autres, de Ruth et Meri Lee (deux jeunes femmes fort sympathiques) ainsi que la troupe de policiers dont Burke, Montgomery et Lily, sa fille (personnage central de ce titre). Et d’autres encore, mais dont le rôle est moindre dans ce tome. J’ai une nette préférence, vous l’aurez compris, pour les Terra Indigene, même si tous les protagonistes, sans exception, ont un petit quelque chose d’attachant. Vu leur grand nombre, ils n’ont pas toujours la même importance d’un tome à l’autre ! Cependant, de façon générale, aucun (ou presque) n’apparait comme simple figurant. Tous ont un rôle, plus ou moins important, à jouer dans l’histoire.

J’aimerais revenir un instant sur Meg qui continue doucement d’évoluer dans cet opus! Elle a pris ses marques dans l’enclos et a assez de recul, maintenant, pour essayer de comprendre ses réactions, surtout celles inhérentes au conditionnement qu’elle a subi sous l’emprise du Collecteur ! Elle s’affirme de plus en plus tout en gardant un petit côté naïf (mais pas niais pour autant) très rafraichissant. J’apprécie toujours autant sa relation avec Simon. Une relation tout en douceur et en subtilité ; pas du tout envahissante ou omniprésente pour ceux qui ne gouterait pas la romance (surtout que de romance il n’en est pas encore réellement question ici…).

Meg-Corbyn-Simon

Dans ce tome, l’essentiel de l’intrigue tourne autour d’une petite fille, Lily, de son ours en peluche et de pierres précieuses ! La fin du second tome clôturait une sorte de premier cycle ; ce troisième titre en débute donc un nouveau qui s’inscrit dans la lignée du précédent. Les événements de la fin du tome 2 ne sont, en effet, pas sans conséquence et ces dernières sont largement exploitées dans cette suite. (J’espère que mon explication n’est pas trop nébuleuse.^^)

Si vous aimez les romans remplis de courses poursuites et d’affrontements en tout genre, cette série n’est peut-être pas faite pour vous. Cependant, pour ma part, je n’ai pas du tout été gênée par ce constat ni ne me suis ennuyée un seul instant puisqu’une tension constante sous-tend toute l’histoire. Tension qui ne fait qu’augmenter et s’intensifier au fil du temps et qui maintient le lecteur en haleine jusqu’à l’explosion finale. Je trouve donc le rythme bien dosé, même si l’essentiel de l’action se concentre en fin d’ouvrage ! Entre temps, l’auteure s’attarde sur la psychologie des personnages, leurs relations quotidiennes et les décisions qu’ils prennent pour tenter de vivre en harmonie tous ensemble. L’équilibre entre Terra Indigene et humains est, en effet, précaire. Les hommes, bien qu’ils n’en n’aient pour la plupart pas conscience, sont sur la sellette. Le moindre faux-pas pourrait leur être fatal. Heureusement, un petit nombre d’entre eux plus éclairés et prudents que les autres arrivent, pour le moment, à maintenir le statu quo (enfin plus ou moins).

Meg-Corbyn-Simon

Anne Bishop narre son histoire d’un point de vue externe tout en se focalisant alternativement sur les pensées et impressions des différents protagonistes. Le lecteur fait ainsi intimement connaissance avec nombre d’entre eux. J’aime beaucoup sa plume et la manière dont elle arrive à nous immerger dans son récit et à nous donner ce sentiment d’appartenance vis-à-vis de son groupe de personnages ! Elle met l’accent sur des petits riens de la vie de tous les jours, petits riens qui nous touchent (moments simples de joie, de doute ou de tristesse) et qui en réalité signifient bien plus qu’il n’y parait.

Meg-Corbyn-Simon

L’univers oscille entre fantasy et fantastique puisque la base ressemble fortement à notre propre société occidentale mais les continents, les pays, les villes, les jours ne portent pas le même nom. L’histoire des origines de ce monde et de la race humaine diffère aussi largement de la nôtre ! Les Autres sont des créatures très anciennes, pour la plupart d’origine animale, qui ont pris le pas de se transformer en humain pour profiter des savoirs de ces derniers (technologie, industrie,…). Cette conception des métamorphes diverge donc de celle présente dans la plupart des sagas bit-lit (que j’ai lues en tout cas). Le fait d’être loup/ours/vampire/corbeau,.. avant d’être humain change complètement la donne ! Le regard qu’ils portent sur le monde et sur ses autres habitants s’en trouve fortement modifié.

Meg-Corbyn-Simon

En bref, un troisième tome qui continue sur la lancée des deux premiers ! Ce récit a un côté sombre ; les événements qui s’y déroulent sont, en effet, loin d’être joyeux. Malgré tout, l’auteure arrive à contrebalancer cet aspect inquiétant et à nous transmettre une impression de douceur et de bien-être. Elle jongle avec brio entre tension, mystère, humour et tranches de vie ! Un régal ! J’adore tout simplement cette série. Et si ce n’est pas encore le cas, il FAUT que vous la commenciez, vraiment ! Là, maintenant, tout de suite !^^

Ma note: 9,5/10

Publicités

Un commentaire sur “« Meg Corbyn, tome 3, Gris présages » d’Anne Bishop

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :