Athnuachan, tome 1, L’Académie » de Cyrielle Bandura

Édition : Noir d’Absinthe

Parution : 21 novembre 2018

Pages : 376 pages

Prix : 19,90 euros

Résumé

« Presque mille ans ans après l’éveil des Dragons et la fin du monde des hommes, Sélène est choisie pour devenir une Guerrière, une protectrice de Mór-roinn, dernier rempart face aux horreurs qui menacent l’humanité.

Pourquoi l’a-t-on choisie, elle qui rêvait d’une vie libre et sans contraintes ? Quel terrible secret lui cache-t-on depuis sa naissance ? Et surtout, quel but poursuivent vraiment ces créatures honnies, aussi majestueuses que dangereuses ?

Les réponses risquent bien d’ébranler sa conception du monde… »

3258855440_1_3_pnati801

Mon avis

Deuxième ouvrage des éditions Noir d’absinthe lu et deuxième très bonne lecture ! 😊 Je remercie d’ailleurs chaleureusement la maison d’édition ainsi que le site SimplementPro pour l’envoi de ce service presse numérique ! Il s’agit ici d’une réédition!

L’élément qui m’a le plus époustouflée dans ce titre est sans conteste l’univers ! Ce que je prenais pour un monde 100% fantasy s’est révélé être légèrement plus complexe que prévu ! Si la terre que foule notre héroïne abrite effectivement magie, guerrières, dragons et créatures surnaturelles, d’autres ingrédients plus « modernes » viennent compléter ce tableau et contrebalancer l’aspect purement fantasy de cet univers pour lui donner des accents futuristes voire post-apocalyptiques.

Dans cette histoire, l’humanité se compose des descendants d’hommes et d’humanoïdes venus les aider à repousser les attaques dragoniques. Ces derniers souhaitaient éradiquer les nouvelles technologies, et leurs inventeurs, de la surface de la terre (pour plus de précisions, il vous faudra lire le roman !). Outre ce petit changement génétique, d’autres nouveautés sont apparues au fil du temps. Les individus masculins ayant échoué à gouverner la planète de façon équilibrée, les femmes ont pris le pouvoir. Du moins ce sont elles les guerrières, elles les seules détentrices de la magie et elles, encore, qui protègent le reste de la population contre les dragons et les autres créatures fantastiques. Leur magie, tirée des quatre éléments (eau, feu, air et terre), ainsi que les rites et la mythologie décrits dans ce récit sont clairement inspirés du monde celtique (l’auteure évoque notamment le Sidh, les Tuathan,…).

Bref, ce mélange de post-apocalyptique et de fantasy « celtique » est détonnant, riche et original ! Ma description de cet univers peut d’ailleurs paraître brouillonne, et je m’en excuse, mais tout résumer en quelques lignes est loin d’être évident ! Par contre, rassurez-vous, tout est limpide et facile d’accès dans le roman : à aucun moment, je ne me suis sentie perdue ou dépassée par l’une ou l’autre explication ! L’héroïne, Sélène, est choisie pour faire partie de la prochaine génération de guerrières. Elle va, de ce fait, découvrir cette société particulière ainsi que l’Histoire de son monde au fil des jours et des cours qu’elle reçoit. À sa suite, nous nous immergeons à une allure raisonnable dans cet univers.

3258855440_1_3_pnati801

Sélène est une jeune fille solitaire, impulsive et têtue mais aussi pleine de vie, entreprenante et très curieuse. Rapidement, elle va se rendre compte qu’elle n’est pas tout à fait comme les autres. Orpheline de père, elle comprend vite également que le silence de sa mère concernant ce dernier cache quelque chose ! Si j’ai aimé faire sa connaissance, je ne m’y suis pas attachée outre mesure! Une certaine distance s’est établie entre nous malgré la narration à la première personne du singulier. Je lui ai préféré des personnages secondaires comme Deirdre (l’amie/ennemie de notre héroïne), Nola et Cara ou encore le personnage introduit à la fin. Je pense que celui-là détient la palme et j’ai hâte de le revoir dans le tome 2 !! Même si elle n’a pas réussi à totalement me convaincre, j’ai apprécié suivre l’évolution de Sélène de ses 8-10 ans ( ?) à ses 20-22 ans ( ? Je ne suis pas totalement sûre des âges mais c’est dans ces eaux-là). Toutefois, j’ai parfois eu du mal à percevoir les changements dans sa personnalité lors de certains sauts temporels ! Entre ses 8-10 ans par exemple puis ses 15-16 ans, je n’ai pas ressenti une grande différence. L’impression d’avoir toujours à faire à une fillette était persistante, tant au niveau de son comportement que de ses réflexions. Je tiens à préciser que si je m’en suis fait la remarque durant ma lecture, cet élément n’a en rien entaché celle-ci !

Pour terminer au niveau des personnages, je voulais souligner la très jolie manière dont l’auteure introduit une relation LGBT dans son récit ! D’une part parce que cette romance ne prend clairement pas le pas sur l’intrigue : elle est sous-entendue au départ (des regards et des gestes), ensuite, elle est là, comme une évidence. D’autre part, parce qu’elle semble ne poser problème à personne ! Aucun coming out, aucune réflexion autour de sa normalité ou de son acceptation au sein de la communauté ! Nul besoin de se cacher et/ou de craindre pour sa vie. C’est simple et naturel. Et puis c’est tout. Et ça fait du bien !

3258855440_1_3_pnati801

L’intrigue souffre, de mon point de vue, de quelques longueurs dans les premiers chapitres (ceux consacrés à l’enfance de l’héroïne). Certaines scènes sont redondantes et la trame est assez lente de façon générale. L’auteure se consacre essentiellement à la mise en place de son univers. L’intrigue en elle-même avance, malgré tout, mais plus en toile de fond. Si j’ai ressenti ces longueurs, j’ai également compris et apprécié ce choix narratif. Ce procédé permet, en effet, d’amener en douceur un univers somme toute assez complexe et de laisser le temps au lecteur de s’en imprégner petit à petit. D’autant que ces fameuses longueurs passent par la suite et que le rythme lui-même s’accélère : révélations et rebondissements jalonnent le reste du roman ! Et, une fois passée la mise en contexte, actions et combats ne manquent pas non plus !

3258855440_1_3_pnati801

En bref, une très bonne lecture que je vous conseille si vous êtes amateurs de dragons, de magie, de « féminisme » (ou disons plutôt d’environnement très féminin) et de mythologie celtique ! L’univers, travaillé et extrêmement bien construit, de Cyrielle Bandura vaut clairement le détour et les événements de la fin donnent terriblement envie de retrouver les personnages et de connaitre la suite de leurs aventures ! Il me tarde d’ailleurs déjà de la lire !

Ma note: 8,5 /10 5607-256x256x32.png

Publicités

5 commentaires sur “Athnuachan, tome 1, L’Académie » de Cyrielle Bandura

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :