« L’envol du moineau » d’Amy Belding Brown

Édition : Le Cherche Midi

Parution : 09 janvier 2019

Pages :  192 pages

Prix : 15,90 euros

Résumé

« Colonie de la baie du Massachusetts, 1672. Mary Rowlandson vit dans une communauté de puritains venus d’Angleterre. Bonne mère, bonne épouse, elle souffre néanmoins de la rigidité morale étouffante qui règne parmi les siens. Si elle essaie d’accomplir tous ses devoirs, elle se sent de plus en plus comme un oiseau en cage. Celle-ci va être ouverte de façon violente lorsque des Indiens attaquent son village et la font prisonnière. Mary doit alors épouser le quotidien souvent terrible de cette tribu en fuite, traquée par l’armée. Contre toute attente, c’est au milieu de ces « sauvages » qu’elle va trouver une liberté qu’elle n’aurait jamais imaginée. Les mœurs qu’elle y découvre, que ce soit le rôle des femmes, l’éducation des enfants, la communion avec la nature, lui font remettre en question tous ses repères. Et, pour la première fois, elle va enfin pouvoir se demander qui elle est et ce qu’elle veut vraiment. Cette renaissance pourra-t-elle s’accoutumer d’un retour « à la normale », dans une société blanche dont l’hypocrisie lui est désormais insupportable ?

Cette magnifique épopée romanesque, inspirée de la véritable histoire de Mary Rowlandson, est à la fois un portrait de femme bouleversant et un vibrant hommage à une culture bouillonnante de vie, que la « civilisation » s’est efforcée d’anéantir. »

9782749160924ORI

Mon avis

Merci beaucoup à NetGalley et aux éditions Le Cherche Midi pour l’envoi de ce service presse numérique.

J’avoue que, et la couverture (à l’illustration évocatrice) et le résumé, m’ont plu quand j’ai découvert ce livre sur Netgalley ! Je l’ai donc immédiatement demandé à la maison d’éditions qui a eu la gentillesse de me l’envoyer !

Si vous connaissez ma passion pour la culture amérindienne, cet enthousiasme vis-à-vis de ce titre ne vous étonnera pas ! Toutefois, une fois l’allégresse de découvrir un nouveau roman qui traite de ce sujet retombée, j’ai eu un peu peur qu’il ne réponde pas entièrement à mes attentes ! En effet, si, de prime abord, il avait tout pour me plaire, je redoute toujours le manichéisme que peut parfois revêtir de telles thématiques. Finalement, je me suis lancée dans ma lecture en me disant que, si c’était le cas, je prendrais malgré tout plaisir à me plonger dans l’univers proposé par l’auteure (et tant pis si l’intrigue ne correspondait pas à 100% à ce que je recherchais).

9782749160924ORI

En fin de compte, comme vous allez le constater en parcourant cette chronique, mes craintes étaient infondées et ce roman s’est révélé une excellente lecture !

Amy Brown Belding se base sur l’histoire vraie d’une jeune femme qui fut enlevée par les Indiens puis rendue à la « civilisation ». Cependant, elle prend, comme souvent dans ce cas, de très nombreuses libertés par rapport à la « réalité » (qui reste floue). De ce fait, pour ma part, je considère que seul le postulat de départ et les grandes lignes de la vie de Mary sont « vraies ». Le reste tient de la fiction. L’auteure se montre d’ailleurs transparente à ce niveau et prend le temps, en fin d’ouvrage, de préciser les éléments historiques qu’elle a pu recueillir et ceux qu’elle a inventés pour combler les blancs. Le récit en lui-même prouve qu’elle s’est également énormément renseignée sur la culture amérindienne, sur les puritains et sur cette époque de l’histoire américaine en général. Sans qu’il n’y ait aucune lourdeur descriptive, son roman respire l’authenticité. En le lisant, il m’a été facile de me projeter dans l’Amérique coloniale, que ce soit au sein de la communauté puritaine très collet montée dans laquelle Mary a grandi ou au cœur du camp indien en constant déplacement qui fut le cadre de sa captivité.

9782749160924ORI

Mary est donc une puritaine, épouse d’un pasteur et mère de trois beaux enfants. Elle vit, la plupart du temps, recluse dans sa maison, dépassant rarement seule les limites de leur propriété. Sans être riche, sa vie est confortable. Si elle n’a pas souvent son mot à dire dans les décisions prises par son mari, du moins, celui-ci la traite-t-il généralement bien (pour les critères de l’époque s’entend) : se montrant souvent dur mais usant rarement de violence. Il fait même preuve d’une certaine douceur une fois les rideaux du lit tirés. Pour autant, dès le départ, le regard condescendant qu’il porte sur sa femme m’a déplu, tout comme sa manie de tout ramener à Dieu (d’autant plus quand cela arrange ses petites affaires). Je l’ai trouvé profondément égoïste, même si l’auteure a réussi à lui donner du relief, à le rendre complexe et, de ce fait, intéressant. Entre les prières et les corvées ménagères, la vie de Mary n’a donc rien de passionnant mais, du moins, ne manque-t-elle de rien sur le plan matériel.

Sa vie bascule du tout au tout quand les Indiens prennent sa communauté pour cible et massacrent une bonne partie des siens, réduisant les autres (dont Mary) en esclavage. L’auteure nous propose de suivre ensuite son adaptation à la vie indienne, mais pas que ! Finalement, le gros du récit se concentre surtout sur son retour à la civilisation, qui ne se fera pas sans heurt. Je ne vous spoil rien puisque ces détails se trouvent dans le résumé !

9782749160924ORI

L’intrigue se découpe donc en trois parties : la vie de Mary avant son enlèvement (partie assez courte que j’ai évoquée ci-dessus), son expérience en tant qu’esclave dans le camp Indien et enfin son retour à la « normal ».

Ainsi, et ce malgré son statut d’esclave, Mary finit par trouver sa place parmi les Indiens. Pour autant, ce mode de vie n’est pas non plus encensé par l’auteure. Si Mary jouit de plus de liberté entre deux tâches (liberté de flâner où elle veut ou encore d’occuper son temps comme elle l’entend), elle n’en reste pas moins une prisonnière, qui se fait battre si elle n’obéit pas, qui passe après les autres membres du clan et qui subit les décisions arbitraires que d’autres prennent à sa place. Certes les indiens sont proches de la nature, leurs femmes semblent jouir de plus de droits et leurs enfants sont élevés dans l’amour partagé. Néanmoins, le monde que dépeint Amy Brown Belding est dur et sans concession, d’une beauté sauvage. La faim est omniprésente et la mort n’est jamais très loin. J’ai trouvé sa description juste et parlante. De plus, c’est Mary, elle-même qui nous conte son histoire dans une narration à la première personne du singulier. De ce fait, tout comme elle, certaines réactions des indiens nous échappent et certaines situations nous semblent injustes ou incompréhensibles. J’ai adoré cette seconde partie ainsi que les personnages que notre héroïne rencontre, notamment James ou Alawa, mais également sa maitresse ou encore le mari de celle-ci.

9782749160924ORI

Si j’ai donc particulièrement apprécié la seconde partie, la troisième ne manque pas d’attraits non plus. Elle est clairement plus lente mais je pense que cette lenteur est voulue par l’auteure, dans le but de mettre en exergue les difficultés qu’éprouve Mary à reprendre ses habitudes de femme puritaine. Volontairement, je ne m’attarde pas sur cette dernière partie (étant donné son statut de « dernière » justement). Je dirais simplement que certaines scènes sont frustrantes et que l’évolution des personnages (surtout celui de Mary) y est traitée avec justesse et finesse. La conclusion qu’Amy Brown Belding apporte à son histoire m’a beaucoup plu aussi !

9782749160924ORI

En bref, l’univers de ce roman m’a séduite, tout comme le personnage de Mary, mélange de rébellion et de soumission, qui va s’affirmer et prendre de plus en plus de consistance au fur et à mesure du récit. Si certains pourront peut-être relever quelques longueurs, j’ai eu, pour ma part, l’impression que les pages glissaient sous mes yeux pour arriver, bien trop vite à mon goût, à la dernière ligne ! Ce titre, lu en numérique, figure à présent en bonne place dans ma bibliothèque et je vous encourage également à l’acquérir (dans la version qui vous convient le mieux 😊) si le sujet vous intéresse !

Ma note: 9,5/10 Mascot Smiley Indian Chief Illustration

Publicités

2 commentaires sur “« L’envol du moineau » d’Amy Belding Brown

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :