« La Lyre et le Glaive, tome 1, Le Diseur de mots » de Christian Léourier #PLIB2020 [repost]

Édition : Editions Critic

Parution : 07 mars 2019

Pages :  392 pages

Prix : 15,90 euros

#ISBN9782375790533

Résumé

« Lorsque Kelt se voit refuser le passage d’un pont parce qu’il ne peut s’acquitter du péage, il prédit l’effondrement de la construction. Ainsi sont les diseurs de mots, ils ont de drôle de pouvoirs, jamais ils ne mentent et, dit-on, leurs vérités ensorcellent.Accusé par le gardien du pont d’avoir jeté un sort à l’ouvrage, Kelt est arrêté puis jeté dans les geôles du seigneur local. L’incrimination étant cependant difficile à démontrer, le gardien convoque une ordalie, où le diseur de mots doit prouver son innocence une arme à la main. Heureusement pour lui, Hòggni, un mercenaire en mal de contrat, se porte volontaire pour le représenter. Hòggni remporte le duel, mais le seigneur local n’en a toutefois pas fini avec les deux hommes. Vexé, il les envoie au devant du danger, en mission au Heldmark, où le culte d’un dieu unique se répand comme la peste. »

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier chaleureusement Babelio ainsi que les éditions Critic pour l’envoi de ce service presse ! «Le Diseur de mots » est un roman que j’ai globalement apprécié. Vous verrez que ma chronique peut parfois sembler « mitigée » ; gardez donc en tête que ce fut une bonne lecture (vraiment !) même s’il y a des « mais » ! L’un n’empêche pas l’autre ! 😉

En ce qui concerne le résumé, je vous laisse celui de l’éditeur ci-dessus. Je ne tenterai pas d’en réécrire un à ma sauce…Je ne saurais tout simplement pas par quel bout prendre le récit pour lui rendre justice ! Sachez simplement qu’il est question, dans les premiers chapitres, d’un diseur de mot, d’un pont qui s’effondre et d’une ordalie. Ensuite…hé bien pour en savoir plus, il faut voudra lire cette histoire ! 😀

Une intrigue aux multiples facettes

La trame est assez complexe : jeux politiques, guerre, trahison, religion, destiné,…en sont les leitmotivs. Si vous cherchez une « petite » lecture légère et addictive, ne choisissez pas La lyre et le Glaive, vous risqueriez d’être déçus ! Par contre, si vous êtes friands de fantasy riche et subtile, où chaque rencontre a son importance et où chaque phrase peut receler des vérités cachées, vous tenez le bon roman ! (Soyons clair, je ne dénigre pas du tout les titres légers et addictifs (d’où mes guillemets) => au contraire, je les adore aussi ! Et je ne dis pas non plus qu’ils ne peuvent pas avoir une intrigue « riche » ou « subtile » ; simplement, ce roman-ci est d’une autre trempe, indéniablement).

Cette intrigue m’a beaucoup plu dans l’ensemble, même s’il y a des « mais » ! Le résumé, tout d’abord, m’a induite en erreur et est à l’origine d’un premier « mais ». [Je vais rester volontairement très floue pour ne pas vous spoiler.] À un moment du récit, l’auteur effectue un saut temporel et, au chapitre suivant, nous retrouvons nos héros quelques mois plus tard. Ce qui m’a quelque peu déstabilisé, c’est qu’au vu du résumé, je pensais que l’essentiel du roman allait, au contraire, se concentrer précisément sur ce passage volontairement occulté, ou, du moins, que celui-ci aurait une bonne place dans l’histoire…D’où mon étonnement de découvrir qu’en fait il n’en serait rien et que toute cette partie se réduirait, en réalité, à quelques flash-backs…Bref, rien de dramatique en soi, plutôt une petite déconvenue qui est finalement vite passée.

L’auteur maitrise parfaitement le rythme de son récit : un peu lent au début, le temps de mettre tous ses pions en place, puis de plus en plus prenant et dynamique. De plus, malgré la lenteur initiale, dès le départ, une certaine tension est perceptible qui tient le lecteur en éveille et le rend attentif aux moindres détails. Rien à dire de ce côté-là donc… Malheureusement, pour totalement me harponner et me plonger dans l’histoire, il m’a manqué un but auquel me raccrocher, que je n’ai pour ma part pas très bien perçu, dans un premier temps du moins. D’un côté, j’aimais beaucoup ce que je lisais ; de l’autre, je ne comprenais pas trop l’intérêt de tout cela ! J’avoue avoir un peu de mal à mettre des mots sur mon ressenti. D’autant que, comme je vous l’ai dit, je trouve l’ensemble bien construit. Je n’ai, en soi, aucun reproche à faire, si ce n’est que cette mise en bouche n’a pas totalement fonctionné avec moi.

Des personnages agréables, même si peu attachants

Un élément qui a contribué à me perdre et à me laisser dans le flou est que je n’ai pas tout de suite saisi le rôle du personnage principal (le fameux Diseur de mots). Kel, de son petit nom, me semblait, de prime abord, un peu fade. Son pouvoir paraissait très limité, tout comme sa potentielle influence sur le sort de son pays… Je ne voyais pas l’intérêt de le suivre, si ce n’est qu’il m’était sympathique !^^ Sans rien vous spoiler, sachez simplement que mon opinion globale a bien changé par la suite ! En ce qui concerne les autres personnages, si je les ai pour la plupart appréciés, ils ne m’ont pas réellement touchée (sauf peut-être, Hóggni). Je suis restée très extérieure à leurs parcours même si je les ai tous suivis avec beaucoup de plaisir ! Oui, ce que je viens de dire peut paraitre contradictoire, pourtant c’est la stricte vérité !^^

Un univers vaste et bien développé

Si une petite carte aurait été bienvenue, j’ai adoré découvrir, grâce aux nombreux voyages de nos héros, les nombreuses facettes du monde créé par l’auteur : plaines recouvertes de plantes hallucinogènes, bord de mer et villes côtières, fleuve impétueux, montagnes imprévisibles,…La balade fut plus que divertissante ! Et, petit plus, il m’a été facile de visualiser ces différents décors. Toutefois, le contexte m’a un peu échappé au départ. La couverture suggère, en effet, une touche asiatique que je n’ai pas forcément perçue dans les descriptions. Toutefois, c’est peut-être simplement moi qui suis passée à côté de certains détails !…

Narration et touche féminine

La narration est à la troisième personne et propose donc un point de vue extérieur. Le titre est divisé en trois parties, toutes portant le nom d’une femme. Ces trois femmes jouent un rôle non négligeable dans le récit, tout en restant, pour l’une d’entre elles, un personnage secondaire. Je gage que, toutes, auront leur importance par la suite !

Conclusion

En bref, un roman que j’ai pris énormément de plaisir à lire. Oui certains éléments m’ont déstabilisée, ébranlée voire un peu dérangée au début et j’ai eu du mal à rentrer dans ce récit mais, au final (et c’est le principal), j’en garderai un excellent souvenir ! J’espère juste que l’auteur prendra la peine de revenir sur les événements de ce premier tome, au début du prochain (et dernier) opus, sinon je risque d’être légèrement larguée quand je le lirai (étant donné qu’il ne sort que d’ici un an) ! J’ai déjà hâte et je vous conseille cette lecture si vous aimez ce type de fantasy riche et complexe !

Ma note: 8/10

tous les livres sur Babelio.com

 

logo_plib_2020.png

site du PLIB

5 commentaires sur “« La Lyre et le Glaive, tome 1, Le Diseur de mots » de Christian Léourier #PLIB2020 [repost]

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :