« Mojunsha, tome 1, Panthère-des-ténèbres » de Sara Pintado #PLIB2020 [repost]

Édition : Noir d’absinthe

Parution : 20 mai 2019

Pages :  470 pages

Prix : 25 euros

#ISBN9782490417285

Résumé

« Plus de huit cents ans après la chute des Rois-Panthères, les Kunji constituent la caste la plus méprisée du Royaume Mojun. Leurs tentatives pour renverser la dynastie des Mojunsha se sont toutes soldées par des échecs.

Japsaro, descendant des Rois-Panthères, passe un pacte terrible avec Panthère-des-ténèbres, l’un des Avatars du Grand Dieu, afin de rendre aux Kunji leur prestige d’antan. Est-il cependant prêt à tous les sacrifices que lui demande Panthère-des-ténèbres en échange de son soutien ? Et surtout, sert-il vraiment sa cause ou n’est-il qu’un pion dans les luttes des Avatars du Grand Dieu ? »

Image associée

Mon avis

Je tenais tout d’abord à remercier chaleureusement les éditions Noir d’absinthe pour l’envoi de ce service presse numérique.

Si j’ai accepté de lire et chroniquer ce roman, c’est avant tout parce que la couverture et le résumé me proposaient une plongée au cœur d’un univers fantasy aux accents « indiens ». C’est une partie de l’Asie qui reste assez obscure pour moi. J’entends par là que je ne m’y suis jamais vraiment intéressée, je n’y ai jamais voyagé, etc… Toutefois, je suis très curieuse de nature et j’adore découvrir de nouvelles choses à travers mes lectures. C’est pourquoi ce récit m’a tout particulièrement attirée !

Image associée

Comme je vous l’ai dit, c’est un univers fantasy et, de ce fait, il est assez éloigné, finalement, de la véritable Inde (ou tout autre pays proche culturellement). Cependant, le monde créé par l’auteure s’en rapproche, notamment au niveau des paysages et des saisons. De nombreuses scènes se déroulent, en effet, en pleine jungle et très souvent soit sous un climat sec et caniculaire soit dans une atmosphère humide et pluvieuse. Tout comme les personnages, j’ai ressenti plus d’une fois une sensation d’étouffement due à la chaleur et à la densité de la végétation. Au cœur de cette nature oppressante, les hommes ont su construire de véritables havres de paix, de magnifiques palais dans lesquels le lecteur prend plaisir à flâner. La faune et la flore y sont bien présentes mais domptées et cadrées. L’auteure dépeint avec brio les paysages de son univers ; elle les rend vivants, tangibles, aussi bien d’un point de vue olfactif que visuel. Les noms de plantes exotiques comme les camphriers, les frangipaniers,… contribuent à éveiller notre imagination. Je me suis projetée très facilement dans ce monde chaud et humide, dépaysant ; tellement bien même que j’ai eu du mal à en ressortir. Plusieurs jours après ma lecture, les images de Mojunsha me poursuivaient encore. [Et petit plus très appréciable, une carte est placée en début d’ouvrage.]

L’auteure développe également une mythologie originale et étoffée dans laquelle ses adeptes vénèrent des Avatars, sortes d’animaux qui protègent les hommes ou les combattent (selon le cas) et qui, surtout, luttent aussi pour le pouvoir ! Ainsi l’intrigue prend une toute autre dimension puisque les guerres des hommes font échos à celles menées par ces entités supérieures. L’air de rien (parce que le tout m’a paru très abordable), l’univers de ce roman est complexe et bien exploité.

Image associée

L’intrigue m’a fait un peu peur au début ! J’ai cru voir venir un triangle (voire même un quatuor) amoureux. Toutefois, mes craintes étaient totalement infondées ! Oui, l’amour a sa place dans ce récit mais aucun triangle amoureux ne pointe le bout de son nez. Ce roman choral nous conte la vie et l’évolution de toute une série de personnages, alors, oui, dans leur quotidien, les sentiments entrent en jeu, qu’ils soient, d’ailleurs, amoureux, familiaux ou amicaux, bienveillants ou hostiles.

Avec le recul, je ne peux m’empêcher de me dire que le postulat de départ n’est sans doute pas très original, de prime abord. Deux peuples aux idéaux différents, voire même souvent opposés, s’affrontent. L’un étant opprimé par l’autre. Pourtant, si la base est « classique », certains éléments, certains choix narratifs en font un récit qui a su me tenir en haleine du début à la fin et que j’ai sincèrement apprécié !

Tout d’abord, le fait de suivre des protagonistes qui appartiennent à l’un et à l’autre camp nous permet d’appréhender le conflit sous différents angles et…c’est parfois bien difficile de se positionner. Rarement dans un roman de ce type, je n’ai eu autant la sensation de ne pas savoir, finalement, qui j’avais envie de voir « gagner ». Si les Pieds-Trempés sont injustement (mal)traités par les Mojunshas, je me suis, par contre, davantage retrouvée dans les valeurs prônées par ces derniers : leur notion d’égalité homme-femme, par exemple.

Ensuite, le fait que ces protagonistes, eux-mêmes, ne soient jamais tout noir ou tout blanc ! Je me suis attachée à chacun d’eux et, pourtant, tous, à un moment ou à un autre, font des choix ou ont des réactions discutables. Ils ont tous un côté sombre : des pensées moins avouables, des envies pas toujours bienveillantes, parfois même cruelles,… Des personnages très humains et réalistes, en somme ! Certains d’entre eux, malheureusement, vont s’enfoncer peu à peu. Une décision en entraînant une autre, leurs limites morales vont s’effriter et seul comptera alors le but à atteindre. Cependant, le tout se fait de manière tellement insidieuse que je n’ai pas pu les détester. Leurs choix successifs les mènent petit à petit vers des extrémités qu’ils n’avaient, je pense, pas envisagées au départ. Ce qu’ils font est horrible et impardonnable mais compréhensible.

Pour atteindre le nirvana et le coup de cœur, il m’a toutefois manqué un personnage auquel je me serais identifiée. Tous m’ont plu mais aucun n’a vraiment eu ma préférence ou ma totale adhérence.

Image associée

L’intrigue peut sembler lente, elle s’écoule sur plusieurs décennies avec des périodes de conflits et des temps de paix. Comme rien n’est jamais vraiment résolu, tout parait toujours recommencer. Dis comme ça, cela peut paraître fastidieux mais, une fois plongé dans le récit, celui-ci se révèle prenant et addictif. Aucun passage n’est inutile, tous servent à construire l’histoire et les personnages ; ils contribuent à nous immerger au cœur de cette intrigue chatoyante et étonnante.

Image associée

En bref, j’ai été totalement conquise par ce premier tome ! Je ne m’y attendais absolument pas et comme je vous le disais, le principe de base peut paraitre, a priori, très simple, déjà vu. Même avec le recul, j’ai encore du mal à comprendre vraiment ce qui a créé cet engouement chez moi, si ce n’est l’univers riche et dépaysant, les personnages complexes et réalistes, auxquels on s’attache presque malgré soi et malgré eux et la volonté de l’auteure de ne pas sombrer dans le manichéisme, de mettre les lecteurs face à eux-mêmes et à leurs propres contradictions. Je crois que j’ai aimé les messages distillés tout au long de ce roman et la portée qu’ils ont eu sur moi ! Un premier tome que je ne peux que vous conseiller, en espérant sincèrement que ses thématiques vous toucheront autant que moi ! Certains repéreront sans doute des défauts et trouveront, peut-être, le temps long mais, pour ma part, j’ai été transportée par ce récit au point que je n’en suis pas ressortie indemne !

Ma note: 9/10 pouces-jusqu-a-emoticone-400-73745724

logo_plib_2020.png

site du PLIB

10 commentaires sur “« Mojunsha, tome 1, Panthère-des-ténèbres » de Sara Pintado #PLIB2020 [repost]

Ajouter un commentaire

    1. Avec plaisir pour l’avis! 😀 Et oui, vraiment, les premiers chapitres peuvent le faire croire mais rapidement on se rend compte que le but de l’auteure n’est pas du tout de rentrer dans ce genre de schéma! 😉

      J'aime

  1. Nos avis se rejoignent beaucoup sur ce premier tome. Même si je me suis un peu moins attachée aux personnages. Trop de points de vue pour moi. Par contre, comme toi je les ai trouvés très réalistes, complexes et nuancés. Comme tu le fais remarquer, difficile de choisir son camp. Tous ont raison et tort. Je suis curieuse de lire la suite !

    Aimé par 1 personne

    1. J’aime beaucoup les histoires où il y a beaucoup de personnages donc c’est vrai que ce point-là ne m’a pas dérangée (surtout s’ils sont bien développés en fait, ça peut être à double tranchant!). Sinon, comme je le dis il n’y en a pas un auquel je me sois vraiment attachée plus que les autres (ils sont peut-être « trop » nuancé pour ça!^^, on voit « trop » leurs failles…?). Je suis aussi curieuse de lire la suite! J’avais bu ta chronique mais j’attendais de rédiger la mienne avant d’aller lire la tienne! je vais le faire de ce pas! 😀

      Aimé par 1 personne

    1. Oh merci pour le lien! 🙂 Je n’ai pas encore lu ta chronique mais je l’ai déjà ouverte pour la lire plus tard! Je suis très curieuse de voir ce que tu en as pensé ! XD (du coup ce commentaire ne sert pas à grand chose^^

      J'aime

Répondre à lacossedeceline Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :