« Les secrets de Cloudesley » de Hannah Richell

Édition : Belfond

Parution : 3 octobre 2019

Pages :  360 pages

Prix : 20 euros

Résumé

« 1955. On dit qu’au manoir de Cloudesley l’ennui n’existe pas. Pourtant, ce lieu de faste et de beauté, Lillian Oberon rêve de le fuir. À vingt-six ans, la jeune femme n’arrive plus à maintenir les apparences d’une vie heureuse aux côtés du séduisant magnat et collectionneur Charles Oberon. Qu’est-elle réellement pour lui ? Une œuvre de plus à contempler ou une femme à aimer ? Mais le jour où le destin place sur son chemin un peintre passionné, une autre vie semble possible…
Soixante ans plus tard, de la splendide demeure ne reste qu’une bâtisse en ruines. De retour à Cloudesley pour veiller sur Lillian, sa grand-mère adorée, Maggie Oberon fait une promesse : sauver l’héritage familial. Mais comment affronter les créanciers ? Et, surtout, comment la jeune femme, aux prises avec ses erreurs passées, pourra-t-elle gérer seule le domaine ?
Maggie ignore qu’entre les murs décrépis de la vieille maison se cache un trésor inestimable. Et un terrible secret, qui pèse sur elle et sur Lillian… »

Résultat de recherche d'images pour "manoir et paon""

Mon avis

Je tenais tout d’abord à remercier chaleureusement les éditions Belfond ainsi que la plateforme NetGalley pour l’envoi de ce service presse numérique.

Les romans avec des secrets de famille sont un peu mon péché mignon niveau littérature « contemporaine » et/ou « historique ». Surtout quand ces deux genres sont mêlés et que le récit comporte une double narration alternant passé et présent ! « Les secrets de Cloudesley » proposant et l’un et l’autre, je me suis empressée de le demander en service presse ! Et je n’ai pas été déçue par ce titre (bien qu’il n’égale pas un bon Kate Morton pour moi 😊).

Une petite citation présente sur la quatrième de couverture précise que « Ce roman élégant ravira les fans de Daphné du Maurier et d’Eve Chase ». Si je n’ai lu aucun titre de la deuxième autrice citée, j’ai, par contre, dévoré « Rebecca » de Daphné du Maurier. Je peux donc en grande partie confirmer cette allégation en ce qui la concerne. Certaines similitudes, au niveau de l’ambiance ou des personnages (entre autres) m’ont, en effet, rappelé le roman de la célèbre autrice gothique.

Résultat de recherche d'images pour "manoir et paon""

Dans le passé, nous suivons l’histoire de Lilian, une jeune orpheline un peu naïve qui va épouser un riche veuf, bien plus âgé qu’elle et père d’un petit garçon (mise à part l’enfant, les ressemblances avec « Rebecca » sont effectivement frappantes). Lilian est pleine d’espoirs au début de son mariage, éblouie et impressionnée par la prestance et la fortune de son mari, désireuse d’être pour lui une épouse modèle et pour son fils une nouvelle mère, aimante et protectrice. Son rôle tout neuf de maitresse de maison ne va pourtant pas être de tout repos…Comme dans « Rebecca », elle va assez rapidement déchanter. Là s’arrête toutefois les similarités. Les raisons qui lui font perdre ses illusions sont, en effet, assez éloignées de celles de l’héroïne de Daphné du Maurier : leur mari respectif n’ont rien de comparable et puis l’ombre de l’ancienne épouse est beaucoup moins imposante et oppressante. L’atmosphère pesante et sombre, elle, est bien présente, par contre, même si son origine diverge totalement.

J’ai pris particulièrement plaisir à lire cette partie du récit qui se déroule en grande majorité juste après la seconde guerre mondiale. La Lillian que nous rencontrons au début est rêveuse et enthousiaste ; sa vie prend un tournant, certes inattendu, mais aussi plein de promesses. À cette jeune fille idéaliste succède, malheureusement, une femme désabusée, renfermée sur elle-même, qui ne sait plus comment sortir de la prison dorée dans laquelle elle s’est, elle-même, cloîtrée. Même si je n’ai pas toujours adhéré à ses choix et que j’ai, par moments, eu envie de la secouer, j’ai apprécié ce personnage qui se révèle plus forte qu’il n’y parait de prime abord ! J’ai également été séduite, bien qu’après coup, par Jack, un jeune peintre talentueux. Si je n’ai pas trop aimé son rôle au départ, je l’ai mieux accepté par la suite. Son mari, par contre, m’a déplu du début à la fin. C’est un homme malsain qui ne se remet pas en question et s’enfonce, au contraire, dans ses travers. Quant au jeune Albie, je m’y suis énormément attaché « enfant » : c’est un petit garçon sensible et rêveur malgré les malheurs qui parsèment déjà sa jeune existence. Le contraste avec sa « version adulte » est surprenante ! Compréhensible, sans doute, mais aussi un peu déroutante tant je m’étais attachée au petit garçon ! Ces trois personnages masculins, même s’ils sont déjà bien dépeints, auraient mérité, je trouve, plus de profondeur encore !

Résultat de recherche d'images pour "manoir et paon""

Dans le présent, nous rencontrons la petite fille de Lilian, Maggie. Après un « voyage » en Australie, celle-ci revient à Cloudesley pour s’occuper de sa grand-mère hospitalisée. Elle découvre alors que le manoir est en piteux état et qu’il aurait bien besoin de solides restaurations. J’ai adoré l’ambiance de cette vieille bâtisse qui tombe à moitié en ruine, de ses pièces à moitié abandonnées, témoins d’une époque révolue et remplie de souvenirs ! Assez vite, il devient évident que l’escapade de Maggie en Australie n’était pas qu’une simple escale touristique mais plutôt une fuite. Son retour dans le village où elle a grandi est d’ailleurs loin d’être celui de l’enfant prodige ! Son personnage m’a autant plu que celui de sa grand-mère ! Maggie est une battante qui va tout faire pour maintenir Cloudesley à flot malgré les nombreuses embûches qui vont se dresser sur sa route !

Résultat de recherche d'images pour "manoir et paon""

Dans certains romans de ce genre, la « jeune » héroïne n’a qu’un objectif : déterrer les mystères familiaux enfouis. Ici, tel n’est pas le cas, Maggie a, en effet, ses propres soucis à régler. Ce sont donc, en quelques sortes, deux secrets que l’autrice nous propose de mettre au jour ! De ce fait, les récits de ces deux femmes évoluent d’abord parallèlement l’un à l’autre. Le passé déteint certes sur le présent mais c’est, dans un premiers temps, assez léger. Par la suite, les implications et conséquences du passé sur le présent vont devenir de plus en plus nettes. Les deux histoires finissent alors par se rejoindre (du moins le passé rattrape le présent). J’ai beaucoup aimé l’intrigue en général même si j’ai trouvé la partie concernant Lillian plus aboutie. Les rebondissements sont bien dosés : intéressants et surprenants, sans en rajouter trop non plus.

Résultat de recherche d'images pour "manoir et paon""

En bref, un roman avec des secrets de famille comme je les aime ! L’intrigue rythmée et prenante prend place dans un décor grandiose (le manoir et son parc) qui contribue à l’ambiance un peu sombre du récit. Les deux personnages féminins, quant à eux, sont forts et attachants ! Le final m’a plu : tout est bien qui finit bien dans l’ensemble, sans être un Happy end à l’américaine pour autant. Les ombres du passé ne sont pas si faciles à repousser !

Ma note: 8,5/10 5hHuBfsx-hires-s-.png

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :