#Vendredi Lecture/65

Coucou!

Ce rendez-vous en rassemble deux en un : celui des « premières lignes » (un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque) et celui du « vendredi lecture« .

Pour ce rendez-vous, il suffit de prendre sa lecture en cours et de la partager en ajoutant la quatrième de couverture, les informations de l’éditeur et un lien vers sa page sur Babelio. J’ajouterai également les premières lignes du livre en question !

J’ai repris l’idée à Ombrebones, qui elle-même a repris le concept du site VendrediLecture et du #VendrediLecture sur Twitter.

Cette semaine je lis (entre autres) « La guerrière fantôme » de Lise Syven publié chez Lynks. J’aime beaucoup le concept de base et la plume mais je trouve que l’intrigue démarre un peu trop rapidement! L’héroïne ne se pose pas plus de questions que cela alors que ce qui lui arrive est quand même étrange et les relations entre les personnages évoluent trop vite à mon goût. Je n’en suis qu’au tout début donc j’attends de voir la suite, en espérant que j’accroche davantage! 🙂

Voici le lien Bablio pour plus de critiques.

cb3d4cd630d2217af636f2677b383644_free-flourish-clipart-free-download-clip-art-free-clip-art-free-wedding-clipart-flourishes_3166-1016

Résumé

« Dans notre monde, elle est une étudiante parmi tant d’autres.
Dans le monde d’Ès qu’elle visite nuit après nuit, elle est un esprit guerrier.
Elle y affronte une armée, des sorciers et des dragons, par amour pour Tadjal, un tigre fabuleux qui l’aide à comprendre sa véritable nature.
Elle s’est attachée à lui, aux humains qu’il protège, à la cité d’Ispare que l’empire s’apprête à assiéger. Pour les sauver, elle doit changer le cours de la guerre et empêcher les dragons-défunts de ravager les cités libres.
Quitte à se perdre si le lien entre son corps et son esprit se rompt.
Siwès est la guerrière fantôme, et l’empire du Lluhan tremblera à l’annonce de son nom. »

9791097434380-475x500-1

Prologue

La nuit déployait son velours constellé d’étoiles au-dessus des lunes, Viggua l’Ivoire et Liggua la Bleue. Leurs disques pleins nimbaient de leur douce lumière la colline d’Agarath, au sommet de laquelle luisait une arche d’obsidienne. Sa roche noire taillée d’un seul tenant offrait au regard une surface lisse, intacte, au contraire des vestiges perdus dans les broussailles. Voilà ce qu’il restait de la coté légendaire, disparue des millénaires plus tôt: un portail abandonné, ainsi qu’une plate-forme fêlée aux dalles couleur d’encre.

 

cb3d4cd630d2217af636f2677b383644_free-flourish-clipart-free-download-clip-art-free-clip-art-free-wedding-clipart-flourishes_3166-1016

Et vous? Avez-vu déjà lu ce roman ? Si oui, qu’en pensez-vous?

Que lisez-vous en ce moment ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :