« Les puissants, tome 1, Esclaves » de Vic James

Édition : Nathan

Parution : 4 mai 2017

Pages :  428 pages

Prix : 17,95 euros

Résumé

« Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage.

Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent livres et gouvernent le pays.

Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de les emmener accomplit en famille leurs jours d’esclavage.
Abi devient domestique au service de la puisse famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité des luttes de pouvoir sans pitié.
Le sort de Luke n’est guère enviable, puisqu’il est exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s’épuise à la tâche. Cependant, d’autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu’il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion. »

JayVictor.9220

Mon avis

La trilogie « Les puissants » au complet traine dans ma PAL depuis quelques temps déjà (malgré les très bons avis qu’elle récolte) ! Grâce au PLIB2020 et à son « épreuve des alliés », je l’ai enfin commencée ! Et bien m’en a pris parce que ce fut une très bonne lecture !

« Les puissants » est une sorte de dystopie uchronique. La société qui y est décrite, tout comme dans toute bonne dystopie qui se respecte, est divisée en deux sections : les privilégiés et…les autres ! Les membres des familles au pouvoir possèdent (en principe) le Don et se font appeler les Égaux. Ils sont puissants (d’où le titre( ?)) et, grâce à leur magie, ont renversé, il y a bien longtemps, la monarchie anglaise. Un peu partout sur terre, ces Égaux ont, de la même manière, accédé aux plus hauts postes et réduit en esclavage le reste de la population, dès lors surnommée les roturiers ou les « sans don » ! Leur esclavage est cependant circonscrit à une période de dix ans. Tous ces roturiers doivent donc donner dix années de leur vie aux Égaux… à eux de choisir le meilleur moment pour les prester ! Toutefois, si en Angleterre ce système prévaut depuis plusieurs siècles, il n’en va pas de même partout : en France, par exemple, les roturiers se sont rebellés, décapitant les Égaux à tour de bras et aux États-Unis, une partie du pays s’est battue pour abolir ces années d’esclavage…Bref, vous l’aurez compris, l’auteur reprend certains grands événements historiques et les remanie à sa sauce pour qu’ils collent à son récit, d’où le côté « uchronique » évoqué ci-dessus ! Si cette adaptation de l’Histoire m’a plu, j’aurais apprécié que l’ensemble soit (encore) plus développé ; j’aurais également aimé en apprendre plus sur l’apparition du Don. L’auteur ne nous dit pas grand-chose à ce propos et j’espère que cet aspect sera davantage creusé dans les deux prochains tomes !

JayVictor.9220

Dans ce monde dichotomique, nous suivons principalement Luke et Abi, deux frères et sœurs roturiers. Au début du roman, grâce à Abi, leur famille s’apprête à passer ensemble leurs dix années d’esclavage, en tant que domestiques des Jardines, une puissante famille d’Égaux. Malheureusement, ce joli plan tourne au cauchemar lorsque, le jour du grand départ, Luke est brutalement séparé des siens et emmené à Milmoor, une ville d’esclaves à la sinistre réputation… Quant à Abi, elle va vite découvrir que son idée parfaite ne l’est peut-être pas tant que ça et que côtoyer les Égaux pourrait s’avérer bien plus dangereux qu’elle ne le pensait…Outre les points de vue d’Abi et Luke, ce roman choral nous propose également celui des frères Jardine, Silyen et Gavar, de leur tante Eulalie ou encore de Bouda, la fiancée de Gavar. Tous sont présentés d’un point de vue externe.

JayVictor.9220

Alors certes, l’intrigue de base est classique : un monde dystopique, des injustices et une révolte qui gronde… Toutefois, j’ai trouvé la manière dont l’auteur amenait tous ces éléments bien pensée ! Le fait d’avoir de multiples points de vue, par exemple, offre de nombreuses perspectives et permet de découvrir les aspects de l’univers sous des jours différents ! Nous ne sommes pas uniquement du côté des « opprimés ».

L’intrigue, pour le reste, est dynamique et prenante, très sombre aussi (beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais en tout cas). Quelques chapitres sont nécessaires pour mettre le contexte en place mais une fois celui-ci fixé, je n’ai ressenti aucun temps mort (excepté peut-être le passage avec Tante Eulalie) ! L’action ne manque pas même si elle est entrecoupée de complots politiques, de manipulations et autres machinations (dont les tenants et aboutissants nous échappent encore, pour certains, à la fin de ce premier tome). C’est un récit addictif qui tient le lecteur en haleine du début à la fin ! Personnellement, je ne lis pas très vite et pourtant, là, les pages défilaient sans que je ne m’en rende compte ! Petit plus concernant la « révolte » dont je vous ai parlé : les prémices de celle-ci m’ont paru « réaliste » ! Au début, le but n’est pas spécialement de renverser le pouvoir en place, non, il s’agit juste de rendre le quotidien des habitants de Milmoor plus agréable : apporter médicaments, livres, nourriture aux uns et aux autres, rendre des menus services etc. Ce ne sont pas directement des grands actes de rébellion.

JayVictor.9220

Au niveau des personnages, j’ai été davantage séduite par les « méchants » que par les « gentils » (parce que oui même si certains protagonistes présentent des ambivalences, le côté manichéen de l’ensemble est encore très marqué, je trouve) ! Silyen, notamment, est très mystérieux ! Il est cynique, intelligent et manipulateur. Difficile de dire à ce stade quel est son but ultime mais indéniablement, il tire pas mal de ficelles ! Son comportement et ses actions sont troubles et j’ai hâte de voir plus clair dans son jeu ! Son frère, Gavar, n’a pas grand-chose pour lui : paresseux, colérique et pas spécialement malin… La plupart du temps sans pitié et odieux avec son entourage, il peut cependant se montrer doux, protecteur et attentionné dès qu’il s’agit de sa fille à qui il voue un amour sans limite ! Si ce constat n’excuse en rien ses actes, cela le rend toutefois plus complexe qu’il n’y parait de prime abord. Bouda, quant à elle, est la jeune fille ambitieuse, arrogante et hautaine par excellence, prête à écraser tout et tout le monde sur son passage pour parvenir à ses fins… Pour le coup, question nuance, il faudra repasser. Cependant, j’ai hâte de découvrir son évolution dans la suite du récit (et j’espère découvrir d’autres aspects de sa personnalité) ! Passons de l’autre côté de la barrière avec Luke, tout d’abord, un jeune homme de 17 ans qui a toujours vécu entouré des siens et qui, du jour au lendemain, se retrouve seul et sans repère…J’ai eu beaucoup de mal avec ce personnage au début : je le visualisais comme un enfant de 13 ans et non comme un adolescent de 17 ans Je ne sais pas si c’est le fait qu’il soit le petit frère d’Abi ou si ce sont les mots choisis par l’auteur pour rédiger ses chapitres mais cette impression a mis du temps à disparaitre ! Abi, quant à elle, au contraire de son frère, fait plus que son âge ! Elle prend de nombreuses décisions qui, de mon point de vue, auraient plutôt dû être du fait de ses parents…Ceux-ci sont comme effacés derrière leur ainé, inexistants et sans volonté, ce que j’ai trouvé un peu étrange. Pour le reste, elle m’a plu dans l’ensemble, du moins jusqu’à ce que des histoires de cœur viennent s’en mêler (même si celles-ci restent légères et n’empiètent pas sur l’intrigue principale). Heureusement, la fin laisse présager, à son sujet, une suite qui me plaira davantage (je croise donc les doigts) !

JayVictor.9220

En bref, une très bonne dystopie, sombre et originale, aussi bien au niveau de son intrigue que de son univers. Bien sûr, certains « codes » de ce genre sont présents mais pas au point d’avoir l’impression de relire une énième fois la même histoire ! Vraiment, j’ai trouvé les personnages intéressants pour la plupart (pour les autres j’attends de voir leur évolution), et le côté « politique » est très bien développé ! J’espère juste en apprendre davantage sur les Égaux et leur Don par la suite (je croise donc une deuxième fois les doigts) !

Mon appréciation

très bonne lecture

Un commentaire sur “« Les puissants, tome 1, Esclaves » de Vic James

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :