« The Dead House » de Kawn Kurtagich

Édition : Chat Noir

Parution : 24 février 2020

Pages :  464 pages

Prix : 19,90 euros

Résumé

« Une vingtaine d’années s’est écoulée depuis que l’enfer s’est abattu sur le lycée Elmbridge, emportant la vie de trois élèves et laissant Carly Johnson portée disparue. La principale suspecte : Kaitlyn, « la fille de nulle part. »

Le journal de Kaitlyn, découvert dans les ruines, révèle un esprit perturbé. Ses pages racontent une nouvelle version de l’histoire, bien plus sinistre et tragique, et la fille de nulle part se retrouve au centre de tout. Beaucoup disent qu’elle n’existe pas, et d’une certaine manière, c’est vrai – elle est l’alter ego de Carly Johnson.

Carly est là le jour, laissant place à Kaitlyn la nuit. Et c’est durant la nuit que le mystère de la Maison Morte se dévoile, fruit d’une magie sombre et dangereuse. »

51ZOshfdNNL._SX331_BO1,204,203,200_

Mon avis

Merci beaucoup aux éditions du Chat Noir pour l’envoi de ce roman et pour leur confiance !

« The Dead House » est une lecture qui m’a sortie clairement de ma zone de confort. C’est d’ailleurs le premier roman de ce genre, c’est-à-dire catégorisé comme « thriller horrifique » que je lis. Je suis, en effet, une grosse trouillarde ; un « simple » roman policier peut m’empêcher de dormir… Alors généralement, j’évite (voire je fuis comme la peste) tous les ouvrages dits « d’horreur » comme les Stephen King et autres joyeusetés du genre. Toutefois, le résumé de ce titre en particulier avait titillé ma curiosité, pour une fois, et je m’étais déjà dit (avant même de découvrir que j’étais partenaire 2020 des éditions du chat noir <3) que je tenterais bien le coup…Ai-je bien fait ? La réponse est un grand OUI puisque j’ai adoré ma lecture !

Par contre, cette chronique n’a pas été évidente à rédiger pour moi ! D’une part parce qu’étant peu habituée du genre, j’ai eu plus de mal à en parler. D’autre part parce que je ne voulais en aucun cas vous spoiler !

51ZOshfdNNL._SX331_BO1,204,203,200_

Il est question dans ce roman (et ce n’est pas un spoil pour le coup) de troubles mentaux, plus précisément de Trouble Dissociatif de l’Identité. En effet, nous suivons ici Carly et son alter ego Kaitlyn, qui ne se considèrent toutefois pas comme telles mais plutôt comme deux sœurs, deux entités qui cohabiteraient au sein d’un même corps. Carly est présente durant la journée, Kaitlyn, quant à elle, se réveille à la nuit tombée pour disparaitre avec l’aube. Ces deux jeunes filles (ou cette jeune fille selon le point de vue) vont être mêlées à un incident : une partie de l’internat dans lequel elles suivent leur scolarité, part une nuit en fumée, entrainant la mort de trois personnes, une disparition et de nombreux blessés. Comment cet incendie a-t-il été déclenché ? Pourquoi ? Par qui ? Les réponses à toutes ces questions se trouvent (peut-être) dans le dossier d’enquête réalisé par la police pour comprendre et résoudre cette affaire. Dossier que nous découvrons dans ce roman…

Le récit se présente donc sous la forme d’une compilation de divers documents relatifs à l’enquête : des rapports de police, des retranscriptions de vidéos, des extraits du journal de Kaitlyn, des échanges de mails, des entretiens psy, etc. Ce format original ainsi que la magnifique mise en page (Bravo aux éditions du Chat noir !!) rend l’histoire très plaisante à lire mais aussi très addictive. Un vrai page-turner !

51ZOshfdNNL._SX331_BO1,204,203,200_

L’intrigue est haletante et très bien construite : entre réalité et surnaturel. La thématique de troubles mentaux s’accompagne, en effet, d’une bonne dose d’ésotérisme à travers le personnage de Naida, la meilleure amie de Carly. Cette dernière pratique une magie écossaise, appelée le Mala, et elle se sert de ses pouvoirs pour venir en aide aux deux sœurs (du moins tente-t-elle de le faire…) ! Cette sorcellerie ajoute encore une part d’ombre et de mystères au récit. À tel point que le lecteur ne sait jamais vraiment sur quel pied danser ! Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui provient de l’esprit dérangé de Carly-Kaitlyn et/ou de leurs amis ? C’est très difficile de faire la part des choses, très perturbant aussi du même coup ! L’intrigue en tant que telle débute plus comme un thriller, le côté « horreur » n’apparaissant que petit à petit, presque insidieusement, notamment à travers les pages du journal de Kaitlyn. Si dès le départ, la jeune fille ne semble pas « toute nette » (elle est d’ailleurs internée), sa psychose s’intensifie encore au fur et à mesure de l’histoire, elle perd de plus en plus pied avec la réalité, entrainant le lecteur avec elle dans sa folie.

L’ambiance est oppressante, souvent glaçante. Certains passages font froid dans le dos; d’autres, surtout vers la fin, sont aussi bien glauques. Pour autant, j’ai eu moins peur que ce à quoi je m’attendais ! Il faut dire aussi que je me suis mise dans les bonnes conditions pour l’éviter : je ne lisais ce titre qu’en pleine journée (voire même uniquement le matin), entourée de personnes de confiance (le confinement m’a bien arrangée pour le coup)… Je ne suis pas sûre que j’aurais été aussi à l’aise si je l’avais lu en pleine nuit seule dans ma maison isolée qui craque dans tous les sens. Toutefois, je n’ai pas pu résister et je me suis deux-trois fois plongée dedans en fin de journée (comme je vous l’ai dit, il est addictif) et ce ne fut pas une brillante idée !^^ Dans tous les cas, même si je n’ai pas psychoté durant des heures, clairement, ce roman m’a dérangée et perturbée. Il m’a remué les tripes, surtout vers la fin ! Bref, brrrr, il faut avoir le cœur bien accroché pour certaines scènes ! J’ai eu l’impression au fil des pages de m’enfoncer toujours plus dans l’horreur et dans la folie !

51ZOshfdNNL._SX331_BO1,204,203,200_

En bref, un roman sombre et angoissant qui s’il ne m’a pas empêchée de dormir, m’a tout de même plus d’une fois mise mal à l’aise et m’a bien fait frissonner. L’intrigue est rondement menée et addictive ! Difficile, en effet, de lâcher cette histoire avant de savoir la fin. Si vous aimez ce genre, je ne vous dirai qu’une seule chose : foncez ! Et si, comme moi, vous êtes plus frileux mais que le résumé vous attire, laissez-vous tenter ! C’est une pépite qui mérite que l’on sorte de sa zone de confort pour la découvrir ! [Par contre, si un jour ce titre devait être adapté au cinéma, ça sera sans moi ! XD]

Mon appréciation

très bonne lecture

15 commentaires sur “« The Dead House » de Kawn Kurtagich

Ajouter un commentaire

    1. Oui haha clairement, je n’étais pas à l’aise en me lançant dedans!! Finalement j’ai aimé ce côté perturbant et angoissant. J’ai aimé me « faire du mal » dans un certain sens! XD Et j’ai préféré ce genre plus angoissant que gore (même si certaines scènes m’ont un peu retournée, je trouve que ça allait encore =>par rapport au Dieu Oiseau par exemple. Contrairement à ce roman d’ailleurs j’ai vraiment adoré celui-ci!).

      Aimé par 1 personne

      1. Haha t’es chou xD Je sais pas pourquoi c’est ce qui me vient en lisant ton commentaire ->
        Je comprends parfaitement, le gore en général je suis immunisée, ça me fait l’équivalent d’un haussement d’épaules. Mais réussir à retranscrire une vraie angoisse, c’est pas facile et ça me plait quand une autrice y parvient aussi bien :3 Moi aussi j’aime me faire du mal et me faire peur mais j’ai plus difficile que toi ‘-‘

        Aimé par 1 personne

      2. :-p
        Ben je me rends compte que niveau roman, ça va ! Genre je suis pas super à l’aise hin mais c’est moins pire que ce que je pensais parce que niveau film là, je suis une grosse flipette!! Et je pensais que ça me ferait pareil voire pire en roman! Mais en fait non, j’ai l’impression que mon cerveau me protège (ce qu’il sait plus difficilement faire avec des films)…

        Aimé par 1 personne

  1. J’ai justement lu Ce qui hante les bois de la même auteure, dernièrement. J’ai ressenti quelques longueurs au début, mais j’ai adoré la seconde partie ! Du coup, ça me rassure pour The Dead House, et encore plus maintenant que j’ai lu ton avis. Si tu n’as pas eu trop peur, ça devrait être mon cas aussi, et c’est tant mieux car la thématique m’attire énormément ! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Oui franchement! J’ai lu Ce qui hante nos bois la semaine dernière et The Dead House est peut-être plus « glauque » ou « gore » parfois, => en gros il y a plus de sang^^ Je pense qu’au final il m’a peut-être fait plus peur => je parle de The dead house (en fait il y a une scène qui m’a marquée mais c’est très personnelle je pense donc…) mais si tu as aimé Ce qui hante les bois, je pense que The dead house devrait te plaire aussi!! 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :