Premières lignes #6

Coucou!

J’ai décidé de participer, à nouveau, à « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque .

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Je reste dans les classiques cette semaine puisque je vous propose les premières lignes de « Persuasion » de Jane Asuten.

Comme vous l’avez peut-être vu dans mon précédent IMM (ici pour ceux qui l’auraient raté ;-)), je me suis rachetée la collection complète des Jane Austen dans l’édition collector Archipoche. J’ai donc eu envie de vous présenter un de ses ouvrages cette semaine.

Mon choix s’est porté sur « Persuasion » parce que c’est peut-être un des livres de Jane Austen dont on parle le moins. Et surtout, c’est celui que je préfère après « Orgueil et préjugés » (bien que cela soit très difficile de faire un classement!!!).

tete-de-lit-arabesque.jpg.pngVoici le résumé et les premières lignes du livre précédemment cité:

Persuasion est un roman publié en 1818, à titre posthume. Il raconte l’histoire d’Anne Elliot, jeune Anglaise de vingt-sept ans, qui retrouve par hasard Frederick Wenworth dont elle a refusé la demande en mariage quelques années plus tôt. À l’époque, la jeune fille s’était laissée persuadée qu’une telle union ne présentait aucun avantage. Mais aujourd’hui, Anne se rend compte qu’elle éprouve encore des sentiments pour monsieur Wenworth et elle ne sait comment réagir, d’autant plus que des soucis familiaux chamboulent sa vie jusqu’alors bien réglée.

À travers ces retrouvailles dont l’issue demeure incertaine tout au long de l’ouvrage, Jane Austen aborde la position de la femme dans la société géorgienne ainsi que la vie mondaine à Bath, ville d’eau très en vogue au dix-neuvième siècle.

004690602

I

Sir Walter Elliot, de Kellynch Hall, dans le comté de Somerset, n’avait jamais touché un livre pour son propre amusement, si ce n’est le livre héraldique.

Là, il trouvait de l’occupation dans les heures de désœuvrement et de la consolation dans les heures de chagrin. Devant ces vieux parchemins, il éprouvait un sentiment de respect et d’admiration. Là, toutes les sensations désagréables provenant des affaires domestiques se changeaient en pitié et en mépris.  Quand il feuilletait les innombrables titres crées dans le siècle dernier, si chaque feuille lui était indifférente, une seule avait constamment pour lui le même intérêt, c’était la page où le volume favori s’ouvrait toujours: (…)

tete-de-lit-arabesque.jpg.pngEt vous avez-vous lu ce livre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Si non, souhaitez-vous le lire?

 

45 commentaires sur “Premières lignes #6

Ajouter un commentaire

  1. J’ai adoré quasiment tous les livres de Jane Austen. J’ai certes des coups de coeur, mais l’auteur avait une manière précise et douce à la fois de critiquer sa société qui m’enchante.
    Celui-ci ne m’a pas marqué autant que les autres, mais je garde une impression tr!ès positive.

    Aimé par 1 personne

    1. En fait, ce n’est peut-être pas non plus le livre de Jane Austen dont je garde le plus de souvenir mais il m’avait beaucoup plu: c’est plus une impression général en fait! 😉 j’aime beaucoup aussi la plume de Jane Austen et la manière ont elle aborde les sujets qu’elle traite! 😀

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :