« Les lettres que je ne vous ai jamais envoyées » de Latie Gétigney

Édition : Diva Romance

Parution : 19 juin 2018

Pages : 237 pages

Prix : 14,90 euros

Résumé

« Londres, janvier 1797

Cher Monsieur Clenneth…

C’est ainsi que commencent les lettres que Miss Amy Rosebury écrit au gentleman entraperçu dans une librairie de Covent Garden par un bel après-midi d’hiver. Des lettres dans lesquelles elle ouvre son coeur d’autant plus librement qu’elle ne les lui enverra jamais et que leurs chemins ont peu de chances de se croiser à nouveau. Du moins, c’est ce qu’elle pense… Mais la gentry anglaise est un bien petit monde.

Entre malentendus, convenances et faux-semblants, un roman d’amour et d’aventure, comme une rencontre entre Orgueil et préjugés et Autant en emporte le vent. »

ob_adce1b_j-ecris

Mon avis

Tout commence donc lorsque Amy, notre héroïne, décide d’écrire une lettre à Henry Clenneth, après l’avoir entraperçu en se rendant à la bibliothèque. Cette lettre, elle ne compte pas l’envoyer ; elle  pense d’ailleurs ne jamais revoir ce gentleman. Et pourtant…vous vous doutez que le hasard va rapidement le replacer sur sa route !

Ce roman est ma première lecture du Pumpkin Autumn Challenge 2018. J’avais envie d’une petite histoire doudou, tendre et un peu piquante en même temps… Et c’est ce que j’ai eu ! Ce livre a répondu à toutes mes attentes (ou presque) !

Je dis « presque » parce que, au vu du titre, j’aurais aimé qu’il contienne encore plus de lettres. Il y en a mais plus le récit avance, plus leur nombre diminue, ce que j’ai un peu regretté. J’aurais aussi apprécié que les fameuses lettres non envoyées aient plus d’impact sur l’intrigue (je ne dis rien de plus à ce propos pour ne pas vous spoiler…).

ob_adce1b_j-ecris

La quatrième de couverture décrit ce roman comme « une rencontre entre Orgueil et préjugés et Autant en emporte le vent ».

J’ai effectivement rapidement fait le lien avec le premier ouvrage cité. Le style de l’auteure se rapproche de celui de Jane Austen (tout en y ajoutant une touche de modernité) : délicat, fluide et subtil. Latie Gétingney croque ses personnages et leur trait de caractère aussi bien que « sa » célèbre ancêtre, avec beaucoup de justesse et d’humour. Certaines scènes font également écho à d’autres bien connues, comme la scène du bal, par exemple. Celle-ci, malheureusement, était trop semblable à l’original pour moi, au point que des images du film se sont superposées à celles créées par mon imagination. J’ai, de ce fait, été un peu dérangée par cette similitude et c’est dommage. Qu’il y ait une scène où les deux protagonistes dansent, je le conçois, c’est même très souvent le cas dans les romances historiques et c’est généralement un passage que j’apprécie et que j’attends. Toutefois, la façon dont l’auteure a construit celle présente dans ce livre (trop proche de celle d’Orgueil et préjugés) ne m’a pas convaincue.

Si l’inspiration de l’auteure est donc indéniable en ce qui concerne Jane Austen, j’ai eu plus de mal à saisir le lien avec Autant en emporte le vent ! Mise à part le fait que l’honneur semble au centre des préoccupations de nos deux héros…je ne vois pas. Leur romance n’est pas simple, bien sûr, et de nombreux obstacles vont se mettre en travers de leur route avant le Happy End final. Toutefois, ces derniers m’ont paru assez éloignés de ceux que vivent Scarlett et Rett. N’ayant vu que le film, je me dis que ceux qui se sont plongés dans le roman de Margaret Mitchell seront peut-être davantage en mesure de déceler les points communs que moi !

ob_adce1b_j-ecris

En dehors de ces comparaisons, j’ai adoré le contexte de ce roman : il s’agit de l’Angleterre de la fin du 18ème siècle, touchée (directement et indirectement) par les idées de la révolution française. Celles-ci alimentent les débats du bon peuple anglais qui accueille, parallèlement, volontiers les nobles français en exil. J’ai beaucoup aimé aussi le petit voyage que fait Amy à Cork ! Ayant moi-même passé quelques jours dans cette jolie ville irlandaise cet été, j’ai été ravie d’y retourner et de la redécouvrir quelques siècles plus tôt à travers les yeux de l’héroïne ! Autre élément marquant du contexte : la culture littéraire qui a une place non négligeable dans le récit puisque nos héros lisent et discutent des écrits de Hobbes et de Rousseau (entre autres).

ob_adce1b_j-ecris

Amy est une jeune fille cultivée, pleine de bon sens et qui adore lire ! Ce passe-temps solitaire ne la rend pas pour autant timide ou renfermée sur elle-même. Au contraire, sous sa douceur, se cache un caractère fort et entier ! Je me suis assez vite attachée à elle ! Tout comme à Henry d’ailleurs dont j’ai aimé l’ouverture d’esprit. À une époque où être une femme éduquée n’était pas toujours très apprécié par la gente masculine, Henry, au contraire, est persuadé du bien-fondé de l’éducation (tout sexe confondu). Il goûte donc tout particulièrement la compagnie des femmes instruites. Henry et Amy sont tous deux honnêtes et droits dans leurs sentiments et dans leurs actions. Seul petit point noir dans leur portrait, ils placent l’honneur au-dessus de tout mais vu l’époque et leur droiture réciproque, ils pouvaient difficilement échapper à ce petit « défaut » !

ob_adce1b_j-ecris

En ce qui concerne l’intrigue, j’y ai très rapidement accroché ! Elle est bien menée et le côté « enquête/mystère » rajoute un petit suspens très appréciable. Je me suis doutée des grandes lignes de l’explication avant la fin mais cela ne m’a absolument pas dérangée puisque l’important pour moi dans ce type d’histoire, c’est la romance, bien sûr ! Et celle-ci est très agréable. Une proper romance « à la Jane Austen » (encore un point commun donc) comme je les aime : pleine de finesse et sans scène de fesse. J’ai juste trouvé que certains obstructions à la romance se résolvaient un peu trop vite et trop facilement. Mais, d’un autre côté, davantage de complications n’auraient pas collé avec les personnes censées et réfléchies que sont Amy et Henry. Au final, je ne peux donc que convenir de la justesse des choix de l’auteure ! Elle a parfaitement respecté le caractère de ses deux protagonistes.

ob_adce1b_j-ecris

En bref, une jolie romance historique, pleine de tendresse et de douceur, agrémentée d’une touche subtile d’humour et d’une pointe de suspens ! Si vous aimez ce genre, je ne peux que vous conseiller ce récit qui vous fera passer à coup sûr un très agréable moment !

Ma note: 8,5/10 depositphotos_52947209-stock-illustration-smiley-icons-love

Publicités

9 commentaires sur “« Les lettres que je ne vous ai jamais envoyées » de Latie Gétigney

Ajouter un commentaire

    1. Oui!! mais sinon franchement, le reste du récit se détache assez de celui de Jane Austen! L’histoire est complétement différente puisqu’il y a en plus une sorte d’enquête/de mystère en parallèle! Il y a juste cette scène où là, oui, les images du film se sont superposées mais c’est tout! 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :