Premières lignes #38

Coucou!

Qui dit dimanche dit « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque. 

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Aujourd’hui, j’ai choisi:« Il était une fois, Saison 1, Nicholas »d’Emma Chase qui est une de mes lectures en cours! 🙂

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Voici le résumé

« Nicholas Pembrook est le prince héritier du trône de Wessco. Son Délice Royal, comme le nomment les médias est incroyablement sexy, il a un charme fou mais il est incroyablement arrogant… en même temps, comment ne pas l’être quand tout le monde s’incline constamment devant vous ?

Par une nuit froide, sous les flocons de neige à Manhattan, le prince rencontre une ravissante brune qui ne baisse pas les yeux et ne fait pas de révérence… mais qui lui envoie une tarte en pleine figure. Nicholas tombe sous le charme et est prêt à tout pour parvenir à ses fins.

Olivia Hammond, serveuse à New York se fiche de la royauté et n’avait jamais imaginé rencontrer un prince. Il était une fois une Reine austère et inflexible, un prince héritier de secours complètement instable et des paparazzis acharnés. Même si le royaume a échangé son carrosse contre une Rolls Royce et qu’aucune tête n’est tombée depuis bien longtemps, la famille royale n’entend pas accepter de roturière sur le trône.

Nicholas a grandi les yeux rivés sur lui, mais aujourd’hui c’est pire, avec l’échéance d’un mariage royal, le monde entier scrute ses moindres mouvements. Mais le plus important, au-delà de ce qu’il représente, le prince devra décider qui il veut être : un roi…ou l’homme qui aimera Olivia pour toujours. »

couv24988730

Prologue

Mon premier souvenir n’est guère différent de celui des autres enfants. J’ai trois ans, et c’est mon premier jour à la maternelle. Je ne sais pas pourquoi, ma mère a ignoré le fait que j’étais un garçon, et elle m’a fait mettre une salopette affreuse avec une chemise à volants et des brogues1 aux pieds. J’ai l’intention d’étaler de la peinture sur ma tenue dès que j’en aurai l’occasion.
Toutefois, ce n’est pas ma tenue qui m’a le plus marqué.
Pour moi, voir un objectif d’appareil photo pointé dans ma direction était aussi banal que de voir un oiseau dans le ciel. J’aurais dû y être habitué – et je pensais l’être. Or ce jour-là était différent.
Car il y avait des centaines d’appareils photos.
Les paparazzis étaient alignés sur les trottoirs et agglutinés devant le portail de mon école, comme un océan de cyclopes effrayants prêts à bondir. Je me souviens de la voix de ma mère, apaisante et ininterrompue. Cependant, je ne parvenais pas à entendre ses paroles, noyées dans le cliquetis incessant des objectifs et les appels des journalistes criant mon prénom.
« Nicholas ! Nicholas, par ici ! Souris, maintenant ! Lève la tête ! Nicholas, par ici ! »
C’est la première fois que j’ai compris que nous étions différents. Les années suivantes m’ont montré à quel point. Notre renommée est internationale. Où que nous allions nous sommes immédiatement reconnus et nos activités quotidiennes finissent toujours en une de la presse.

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Et vous? Avez-vous déjà lu ce livre? Si oui, qu’en avez-vous pensé? Si non, ces premières lignes vous donnent-elles envie de le faire ? J’aime beaucoup pour le moment personnellement 😉

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :