Premières lignes #40

Coucou!

Qui dit dimanche dit « Premières lignes », un rendez-vous hebdomadaire organisé par Ma Lecturothèque. 

Le principe est simple : je choisis un livre dont je vous partage les premières lignes !

Aujourd’hui, j’ai choisi: « Lux, tome 1, Obsidienne » de Jennifer L. Armentrout. Je suis en train de lire le tome 2 que j’apprécie beaucoup! Et pour ne pas vous spoiler, je vous donne les premières lignes du premier tome!

tete-de-lit-arabesque.jpg.pngVoici le résumé

« Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une sœur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant !
Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre oeil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ? »

 

CHAPITRE PREMIER

Les cartons s’empilaient dans ma nouvelle chambre et Internet n’était toujours pas opérationnel. Depuis mon arrivée ici, je n’avais pas pu mettre à jour mon blog littéraire. J’avais l’impression d’avoir été amputée d’un membre. À en croire ma mère, je passais beaucoup trop de temps à m’occuper des « Khroniques de Katy ». Ça me tenait à cœur, c’est vrai, mais elle exagérait un peu. Elle n’avait pas le même rapport aux livres que moi.

Je soupirai. Nous étions arrivées ici deux jours plus tôt et il nous restait des montagnes d’affaires à déballer. Je détestais vivre entourée de cartons. Ça me déplaisait encore plus que le fait d’avoir déménagé en Virginie-Occidentale (le coin le plus puritain des États-Unis).

Depuis notre arrivée, j’avais fait des progrès : je ne sursautais plus au moindre grincement. Ce n’était pas ma faute… Cette maison semblait tout droit sortie d’un film d’horreur. Il y avait même une tour ! C’était plus fort que moi.

Ketterman ne faisait partie d’aucune municipalité. Autrement dit, ce n’était pas une vraie ville. La bourgade la plus proche était Petersburg, où il n’y avait sûrement pas plus de deux ou trois feux rouges, et encore moins de Starbucks. Nous ne pouvions pas recevoir le courrier directement chez nous. Il fallait se rendre à Petersburg pour le récupérer.

C’était inhumain.

La réalité me frappa alors en plein visage. Je n’étais plus en Floride. Nous avions déménagé à des centaines de kilomètres parce que ma mère était pressée de recommencer sa vie ailleurs. Gainesville ne me manquait pas particulièrement. Mon ancienne école et notre appartement non plus… Je m’adossai contre le mur et me frottai le front.

Mon père me manquait.

tete-de-lit-arabesque.jpg.png

Alors, ces premières lignes vous donnent-elles envie de commencer cette saga? Et si vous l’avez déjà commencé, qu’en pensez-vous?

Publicités

7 commentaires sur “Premières lignes #40

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :