« La machine de Léandre » d’Alex Evans

Édition : Actu Sf

Parution : 6 septembre 2019

Pages :  300 pages

Prix : 18,00 euros

Résumé

« Constance Agdal est une excentrique professeure de sciences magiques qui n’aspire qu’à une chose : se consacrer entièrement à ses recherches pour oublier le passé qui la hante. Mais quand des démons se matérialisent au beau milieu de la ville, qu’un incube envahissant se prend d’affection pour elle et que son nouvel assistant agit de façon particulièrement étrange, Constance doit sortir de sa réserve… d’autant que son collègue, l’éminent Professeur Dowell, a disparu alors qu’il tentait de recréer une fabuleuse machine à magie d’après des plans vieux de plusieurs siècles. La jeune femme le remplace au pied levé en collaborant avec Philidor Magnus, un inventeur aussi séduisant qu’énigmatique, mais rien ne se passe comme prévu. Quel terrible secret se cache sous le capot de cuivre de la fameuse machine ? »

Résultat de recherche d'images pour "la machine de léandre"

Mon avis

Je tenais tout d’abord à remercier chaleureusement Jérôme et les éditions ActuSf pour l’envoi de ce service presse.

Ayant lu et beaucoup aimé « Sorcières associées », de la même autrice, je ne pouvais que me réjouir de cette sortie ! D’autant que les deux récits que contient ce roman (une histoire de +/- 180 pages et une nouvelle), se déroulent dans le même univers que le titre cité ci-dessus mais en des époques et des lieux différents !

Résultat de recherche d'images pour "la machine de léandre"

Ce monde, qui m’avait déjà fascinée lors de ma première incursion en son sein, m’a, à nouveau, séduite ici. L’autrice a imaginé un univers mélangeant Steampunk et magie. L’époque qui se dessine ressemble à la fin de notre 19ème siècle : l’industrie et les nouvelles technologies sont en pleine expansion. Et c’est dans cette atmosphère innovante et riche que la magie fait son grand retour, après plusieurs siècles d’absence. Cette magie est, en effet, cyclique (un élément que j’ai trouvé très original et inattendu). Les hommes la perdent et la retrouvent à intervalles plus ou moins réguliers. Dans ce titre, au vu du contexte dans lequel elle réapparait, elle est étudiée de façon scientifique : analysée, répertoriée, échantillonnée, expérimentée,…Les mages-scientifiques veulent en percer tous les secrets et en comprendre tous les aspects !

Résultat de recherche d'images pour "la machine de léandre"

En plus de cette similarité au niveau de l’univers, les deux histoires que renferme ce livre ont aussi en commun la mise en avant d’une héroïne forte, qui doit se battre pour se faire une place dans un monde majoritairement masculin. À cette époque, en effet, la magie est, comme dit ci-dessus, devenue une véritable science et la science, comme chacun le sait (^^), est une affaire d’hommes ! Ce roman a donc une connotation féministe assez claire. J’ai apprécié cet aspect, tout comme j’ai apprécié le côté « scientifique » de ces deux personnages féminins. Une autre touche d’originalité par rapport à mes lectures habituelles.

Résultat de recherche d'images pour "la machine de léandre"

Dans le premier récit (qui donne son titre au roman), nous rencontrons Constance, une jeune professeure de sciences magiques. Si, jusque-là, elle se contentait (bien qu’avec beaucoup de minutie) de mener des petites expériences de son côté, dans un quotidien, pour le reste finalement assez banal, tout cela va rapidement changer. Non seulement, un démon va faire son apparition dans un magasin pour dame mais, dans le même temps, son collègue va disparaître et elle va être « poursuivie » par un incube (entre autre chose). Bref, ces événements vont légèrement chambouler sa petite vie tranquille. D’un point de vue scientifique, toutefois, elle n’aura pas à s’en plaindre : ce qu’elle va découvrir à propos de la fameuse « machine de Léandre » est loin d’être anodin !

À vrai dire, si j’ai passé un bon moment de lecture avec ce récit, l’intrigue n’avait, pour autant, rien de transcendant. Elle se laisse lire mais, pour qu’elle me passionne réellement, j’aurais eu besoin qu’elle soit davantage creusée et subtile (qu’elle comporte plus de pages en d’autres termes^^). Cependant, la plume de l’autrice, son univers foisonnant et son héroïne au fort caractère ont suffi à me séduire et à me faire passer outre cette intrigue un peu rapide et classique. Les autres personnages sont également bien construits d’ailleurs : Philidor, l’incube ou encore Athénaïs. Tous m’ont beaucoup plu !

Résultat de recherche d'images pour "la machine de léandre"

Dans la nouvelle, nous suivons Cassandra, qui étudie aussi la magie mais, cette fois, contrairement à Constance, elle ne pratique aucune expérience. Non, sa spécialité, c’est l’étude de manuscrits anciens traitant de sorcellerie. La place parfaite pour une femme : dans un endroit confiné, loin des dangers du monde extérieur. Toutefois, Cassandra ne l’entend pas de cette oreille ; elle rêve, en effet, de devenir chasseuse de livres, un emploi qui lui permettrait, non seulement, de sortir de son bureau qu’elle exècre, mais aussi (et surtout), de partir à l’aventure. Ses « gentils » collègues masculins ont beau la mettre en garde et tenter de la persuader de renoncer, lorsque l’occasion de faire ses preuves dans ce domaine se présente, elle n’hésite pas longtemps…Nous voici donc embarqués à sa suite dans une chasse au trésor livresque !… Ce récit, j’ai oublié de le préciser, prend chronologiquement place quelques années avant le précédent mais à peu près dans la même partie du monde. Mon ressenti est similaire à celui de la première histoire : j’ai apprécié l’héroïne et le contexte, sans accrocher plus que cela à l’intrigue (qui reste cependant sympathique et divertissante).

Résultat de recherche d'images pour "la machine de léandre"

En bref, j’ai adoré entrevoir de nouvelles facettes de cet univers détonnant, entre sciences, industrie et magie ! Je vous conseille ce roman rien que pour le découvrir ! De plus, les personnages valent aussi le détour ! Les intrigues, quant à elles, sans être exceptionnelles ou innovantes, restent très plaisantes. N’hésitez donc pas à vous immerger dans le travail d’Alex Evans que ce soit via ce titre ou via Sorcières associées (qui a ma préférence).

Ma note: 8 /10 715vwvP5ZEL.png

Un commentaire sur “« La machine de Léandre » d’Alex Evans

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :