« La cité de l’oubli » de Sharon Cameron

Édition : Nathan

Parution : 05/10/2017

Pages : 462 pages

Prix : 17,95 euros

Résumé

« Tous les douze ans, les habitants de Canaan subissent l’Oubli, un mystérieux phénomène qui efface leur mémoire. Pas celle de Nadia. Elle seule n’a pas oublié. Elle seule se souvient que se père a profité de ce bouleversement pour l’abandonner… Le nouvel Oubli approche. Nadia doit percer le secret de cette fatalité avant que sa famille ne vole à nouveau en éclats. Avant que la ville ne sombre encore une fois dans le chaos. »

index

Mon avis

Quand j’ai vu ce livre parmi les sorties d’octobre 2017, il n’avait pas spécialement retenu mon attention : je trouvais l’idée originale mais sans plus. Puis, en lisant des avis positifs, je suis finalement revenue sur mon jugement. Et, dès que l’occasion s’est présentée, je l’ai emprunté à la bibliothèque !

Et j’ai bien fait ! Cette lecture, sans être inoubliable, s’est révélée très agréable. J’ai passé un bon moment en compagnie de Nadia, Gray et des autres habitants de la Cité de l’Oubli.

oubli-300x300

J’ai été, dans un premier temps, assez surprise par l’univers proposé par l’auteure. L’image que je garde en tête est celle d’une cité très blanche, calme et bien propre où tout, et tout le monde, a une place bien définie. Seuls les temps de l’Oubli semblent amener chaos, cris et poussières. Cette ville est ceinte de hautes murailles que les habitants ont interdiction de franchir. Interdiction que notre héroïne, Nadia, ne respecte bien évidemment pas scrupuleusement. Nous la découvrons, en effet, dès les premières lignes (ici), coincée au-dessus, attendant patiemment de pouvoir redescendre en toute discrétion. Si elle se fait prendre, elle sait qu’elle risque le fouet… Mise à part elle, personne n’ose donc sortir et les habitants vivent, en quelques sortes, en autarcie. Pourtant, d’après ce que Nadia a pu voir de l’ « extérieur », rien ne semble dangereux, en apparence. Dès lors, pourquoi avoir érigé ces murs ? Quelles sont les raisons de cette protection et de l’isolement qui en découle ?

La cité a un fonctionnement propre avec des cloches pour égrener le temps et une hiérarchie particulière. Sans être moyenâgeuse, elle ne dispose pas non plus du confort ou des technologies modernes : pas de téléphone, de voiture ou d’ordinateur,…Les citoyens se baladent, par contre, avec des carnets dans lesquels ils consignent chaque soir les événements importants de leur journée, en prévision de l’Oubli. Un petit détail qui m’a amusée : chaque habitant possède un prénom qui lui est propre mais peut également être nommé par rapport au métier qu’il exerce ou celui de ses parents (ainsi Nadia est également appelée « Fille de la Teinturière »).

oubli-300x300

Nadia, comme nous en informe le résumé, est la seule à avoir « échappé » au précédent Oubli, la seule qui se souvient. Elle sait, de ce fait, que certaines personnes ont tronqué leurs souvenirs pour s’offrir une nouvelle vie, comme son père, par exemple, qui habite à présent avec une autre femme. Elle n’ose se confier à personne de peur d’être mise à l’écart mais ce savoir lui pèse et sa différence l’isole, malgré tout, des autres. Ses sœurs et sa mère, sans vraiment savoir ce qu’il en est, se doutent de quelque chose. Nadia est, de ce fait, une jeune fille taiseuse, pas vraiment timide mais très solitaire. Elle peut sembler froide et distante mais personnellement elle m’a beaucoup plu. Le récit étant narré de son point de vue ; j’ai pu plus facilement comprendre son attitude et ses choix. Elle veut à tout prix élucider le fonctionnement de l’Oubli, savoir pourquoi elle a été épargnée et, surtout, découvrir s’il est possible d’enrayer ce phénomène.

En rentrant d’une de ses expéditions à l’extérieur, Nadia tombe sur Gray, un jeune homme à qui elle ne parle plus vraiment depuis quelques années. Celui-ci lui demande, en échange de son silence, de l’emmener avec elle au-delà du mur… J’ai bien aimé ce personnage, même s’il parait un peu cliché de prime abord. Il est populaire, sûr de lui et un brin arrogant. Toutefois, il a un bon fond et un côté très attachant. J’ai beaucoup apprécié la façon qu’il a de titiller Nadia pour la forcer à parler. La petite romance qui se tisse entre les deux n’était pas forcément indispensable mais elle est mignonne et reste secondaire une bonne partie de l’histoire. De ce fait, elle m’a plu.

L’auteure s’attarde également sur quelques personnages secondaires comme la mère et le père de Nadia, ou encore ses sœurs et Gretchen. Cependant, j’aurais aimé que tous ceux-ci soient davantage approfondis. Mise à part Nadia, les autres personnages manquent un peu de relief selon moi.

oubli-300x300

Dès le départ, l’auteure a su créer une certaine tension dans son récit. Nadia entend des propos étranges et se pose pas mal de questions. Il n’y a peut-être pas énormément d’actions mais l’envie de comprendre le pourquoi et le comment des événements est bien là. Plus l’intrigue avance, plus le mystère s’épaissit jusqu’à ce que petit à petit, Nadia et Gray lèvent le voile sur certains éléments. L’auteure nous livre révélations et retournements de situations au compte-goutte, de manière à nous donner toujours envie d’en savoir plus sans nous laisser sur notre faim pour autant. Tout comme les personnages secondaires, cette intrigue aurait sans doute mérité d’être un peu plus creusée bien qu’elle m’ait finalement contentée telle qu’elle. J’ai, par contre, été un peu déçue par une des grosses révélations. J’aurais clairement préféré que l’auteure choisisse une autre direction…Je ne peux malheureusement rien dire de plus sans vous spoiler…

La fin, même si elle est un peu ouverte, pourrait en soi parfaitement clore ce récit. Je pensais d’ailleurs, au départ, que ce roman était un one-shot. Cependant, un tome 2 va, apparemment, sortir en anglais, sans certitude qu’il ne paraisse jamais en français. Ce deuxième tome développe peut-être davantage des éléments du tome 1. Toutefois, je ne crois pas que l’auteure revienne sur tous ceux pour lesquels j’aurais aimé plus de précisions. De ce fait, je ne pense pas que ce second opus changerait radicalement mon point de vue à ce niveau !

oubli-300x300

En bref, j’ai beaucoup apprécié ce récit même si j’aurais aimé un peu plus de profondeur, que ce soit au niveau des personnages ou de l’intrigue ! Cette cité de l’Oubli est très particulière, tout comme l’univers qui l’entoure, et le postulat de départ est bien trouvé. Je regrette juste un petit manque d’originalité concernant certaines explications. Toutefois, dans l’ensemble, cette histoire est très divertissante et très bien menée, avec un bon rythme selon moi.

Ma note: 8/10 558px-Smiley_pouce

Publicités

Un commentaire sur “« La cité de l’oubli » de Sharon Cameron

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :