« Le secret du Faucon » d’A.D.Martel

Édition : Auto-édité

Parution : 28 décembre 2019

Pages :  313 pages

Prix : 17 euros

Résumé

« En une nuit, la vie de Cyrielle vacille. Des pillards attaquent son couvent, sauvé in extremis par des guerriers étrangers. Leur chef, un horrible balafré, croise alors le chemin de la jeune fille. Une rencontre qui scelle leur destin.

Le couvent détruit, Cyrielle est renvoyée auprès de son oncle, le comte de Montfaucon. De retour dans le château de son enfance, d’étranges évènements surviennent, qui soulèvent des questions sur son passé et son futur.

Aidée par Tristan, son amour d’enfance, et d’Anselme, un facétieux ménestrel, Cyrielle part en quête de la vérité. Mais parfois, certains secrets feraient mieux de rester à jamais enterrés… »

L'œil du faucon pèlerin est une caméra phénoménale - Sciences et ...

Mon avis

Un tout grand merci à A.D.Martel pour l’envoi de ce service presse numérique et pour sa confiance !

« Le secret du Faucon » est le second roman auto-édité de l’autrice A.D. Martel. Son premier titre, « Les Larmes de Sael », (un one-shot mais j’ai entendu dire qu’il pourrait y avoir une suite ?) avait été une très belle découverte. Forte de ce constat, je me suis plongée dans « Le secret du Faucon » en toute confiance ! Et…une fois de plus, j’ai passé un très bon moment de lecture ! 😊

L'œil du faucon pèlerin est une caméra phénoménale - Sciences et ...

Cyrielle est une jeune novice orpheline dont le couvent est, une nuit, pris d’assaut par des brigands. Le pire est heureusement évité grâce à l’arrivée de mystérieux cavaliers qui répriment rapidement cette attaque. Cependant, si les Sœurs ne déplorent aucune perte humaine, les dégâts matériels eux ne sont pas négligeables ! Les novices sont ainsi renvoyées chez elles, le couvent n’étant plus capable, le temps des réparations, de subvenir à leur besoin. Voici donc notre héroïne, accompagnée de deux Sœurs de l’Ordre, en chemin vers son ancien foyer, le château de Montfaucon. Celui-ci est aujourd’hui dirigé par son oncle dont elle n’a plus de nouvelles depuis son internement des années auparavant. C’est donc avec un mélange de joie et d’appréhension qu’elle retourne dans le fief qui l’a vue naitre ! Appréhension quant à la manière dont elle va être accueillie et joie de revoir enfin son amant, le jeune Tristan. Son retour ne se passe pourtant pas tout à fait comme elle l’escomptait, entre de drôles de rêves, des disparitions d’objets et un étage fermé à clé, notre héroïne n’est pas au bout de ses surprises !

L'œil du faucon pèlerin est une caméra phénoménale - Sciences et ...

Après une entrée en matière entrainante et très prometteuse, le rythme du récit ralentit fortement.  Si ce passage plus lent ne m’a pas fait décrocher de ma lecture, il m’a semblé un peu long quand même. Comme vous le savez, les romans plus contemplatifs et/ou descriptifs ne me dérangent pas ! Du moins, si j’ai « quelque chose » à me mettre sous la dent, un élément qui me donne envie de savoir la suite,… Malheureusement, ici, ce « quelque chose » était encore un peu trop pour totalement me happer. Je marchais sur des œufs ; j’étais (tout comme l’héroïne finalement) dans l’expectative. Toutefois, et heureusement, cette sensation n’a été que passagère. En effet, une fois le comte de retour, l’intrigue prend son essor. La dynamique change, doucement d’abord ; ensuite, le rythme des révélations et des rebondissements monte crescendo jusqu’au final explosif (qui donne trèèèèès envie de se jeter sur la suite !). Dans l’ensemble, et malgré les quelques lenteurs du début, j’ai donc beaucoup aimé la construction de cette intrigue qui prend petit à petit le lecteur dans ses filets pour ne plus le relâcher avant la fin ! L’autrice a bien joué son coup et m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière page !

L'œil du faucon pèlerin est une caméra phénoménale - Sciences et ...

Ce récit prend place, vous l’aurez peut-être compris à la lecture du résumé et à la vue de la couverture, dans un univers moyenâgeux. Après la chaleur du désert ( avec « Les larmes de Sael »), A.D. Martel nous entraine dans des contrées bien plus froides. D’autant plus qu’une partie de l’histoire se déroule en hiver ! Et, encore une fois, elle parvient sans aucun souci à immerger le lecteur dans ce monde peuplé de chevaliers, de fauconniers et de mystères ! J’ai adoré me balader dans les couloirs et les magnifiques pièces du château de Montfaucon. L’autrice décrit non seulement l’environnement mais aussi les us et coutumes de ce monde médiéval, auquel se mêle des éléments fantastiques, sans pour autant que ça soit lourd (s’il y a eu, de mon point de vue, quelques longueurs au début je n’ai ressenti aucune lourdeur).

L'œil du faucon pèlerin est une caméra phénoménale - Sciences et ...

Cyrielle est, au départ, une novice plus ou moins obéissante. Petit à petit, toutefois, sa curiosité et ses nouvelles amitiés font ressortir un aspect plus spontané et vif de sa personnalité, plus rebelle aussi. Pour ses amis et pour comprendre les énigmes de son passé, elle est prête à braver l’autorité aussi bien des Sœurs que de son oncle. C’est une jeune femme un brin naïve (ce qui s’explique par ses années de noviciat et son manque de connaissance du monde extérieur au couvent) mais pleine de volonté et de courage ! C’est un personnage très abouti qui évolue tout au long du récit. Tristan, à côté, m’a semblé beaucoup plus fade, de mon point de vue ! Il est gentil et attentionné mais…contrairement à Cyrielle, je n’ai pas spécialement accroché avec lui ! Niveau protagoniste masculin, Anselme, ménestrel ou noble chevalier (selon son humeur ou le lieu et le jour où on le croise) m’a davantage séduite. Il est intelligent et plein d’humour, très rafraichissant. Pour autant, il manque parfois de tact et peut se montrer blessant par excès de franchise ! Quant à mon personnage favori jusqu’ici, ce n’est autre que le mystérieux et peu avenant Godefroy. Sa froideur ne m’a pas empêchée de l’apprécier et de vouloir en apprendre plus sur lui ! Pour finir, mention spéciale pour les faucons et leur « maître » Clodomir (que j’ai adoré également). Le titre de ce roman n’a, en effet, pas été choisi au hasard, loin s’en faut ! J’ai beaucoup aimé ces « petits » volatiles qui ont une place centrale dans cette histoire ! Attention, par contre, parce que l’autrice est sadique ( 😊) et peut aussi se montrer cruelle avec ses personnages… Je ne vous en dis pas plus mais si vous avez le cœur un peu fragile, préparez les mouchoirs !

L'œil du faucon pèlerin est une caméra phénoménale - Sciences et ...

En bref, un récit de fantasy ancré dans un univers moyenâgeux très immersif. Certes le début peut paraître un peu long mais une fois passé cette « première partie », les actions s’enchaînent et l’intrigue prend de plus en plus d’ampleur, entre découvertes et révélations ! J’ai été complètement happée par cette histoire dont la fin laisse présager une suite haute en couleur. Je n’ai qu’une hâte, l’avoir entre les mains ! 😊

Mon appréciation

très bonne lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :